Le BYOD redessine l'environnement de travail universitaire

Par 07 février 2013 3 commentaires
étudiants

La prise en compte de la volonté des étudiants à utiliser leurs propres appareils informatiques permettrait de réduire les coûts et de recréer un environnement de travail plus flexible et plus prompt à l'apprentissage.

De plus en plus d'études tentent d'analyser la manière dont les nouvelles technologies pourraient améliorer l'apprentissage dans le milieu éducatif. L'université de Durham a par exemple proposé de redessiner certaines classes en incorporant des bureaux tactiles. Or, une telle technique à un coût qui ne peut pour l'instant pas s'appliquer aux universités qui voient leur budget diminuer d'une année à l'autre. C'est sur cette difficulté que se sont concentrées deux professeures du département d'anglais de l'université de Caroline du Nord, Susan Miller-Cochran et DanaGierdowski. Elles ont en effet essayé de créer un design prenant à la fois en compte le budget des départements et le souhait des étudiants d'apporter leurs propres appareils électroniques.

Le BYOD remplace les salles d'informatique

Et pour cela, elles ont simplement tenté l'expérience de réduire de moitié l'achat de nouveaux ordinateurs dans les salles informatique réservées aux étudiants en écriture de l'université, et cela, à la demande de ceux-ci qui souhaitaient en grande majorité apporter leur propre matériel. Chose qui n'était pour l'instant pas envisageable étant donné que l'espace de travail des bureaux était relativement réduit à cause de la place que prenaient les ordinateurs fixes. Et si le renouvellement des ordinateurs dans ces salles aurait dû avoisiner les 123 000 dollars, il aurait été à l'origine de l'annulation de près de 23 cours du département d'anglais de l'université puisque 90% du budget alloué sert à rémunérer le personnel.

Économie sur le budget et meilleur apprentissage

Résultat, avec l'économie effectuée, le département d'anglais a eu l'opportunité d'ajouter de la flexibilité à ces salles en rachetant de nouveaux bureaux, plus légers et pouvant être déplacés, ainsi que des projecteurs LCD et des tableaux blancs. Et cela, pour un coût total s'élevant à 14 500 dollars seulement. Les étudiants interrogés suite à cette expérience ne s'en plaignent pas. Ils sont en effet 78% à préférer la nouvelle structure de leur classe. De manière plus précise, ils sont 14% à estimer que cette nouvelle configuration favorise leur apprentissage, 29% qu'elle y contribue et 23% qu'elle y contribue, mais seulement en partie. Reste que cela implique d'utiliser à des fins professionnelles des outils personnels, qui ont un coût. Du coup, la véritable solution serait peut être plutôt dans un compromis, entre un partage des frais ou un système d'assurance.

 

Haut de page

3 Commentaires

En université, le BYOD a tendance à remplacer les salles d'informatique et vous ne voyez pas le problème ??

Imaginez que l'on demande à des pompiers de fournir leur propre matériel sous prétexte que l'Etat n'a plus les budget pour.

Si ta caserne est peuplée par des gens fortunés, ta ville sera peut-être même mieux équipée qu'aujourd'hui :)

Par contre si tu n'as pas de chance, tes pompiers se déplaceront à vélo et devront se débrouiller avec 3 bassines d'eau !

Le BYOD a des avantages, en terme d'outillage, d'adoption des outils et surtout d'émergence de nouveaux usages. Mais selon le contexte (ici l'école), il peut être intelligent de trouver des solutions pour éviter de re-creuser la fracture numérique. L'école publique est un système qui doit absolument être garant d'une "égalité des chances" !!

On peut par contre imaginer demander aux "utilisateurs" de compléter le matériel scolaire d'une école, mais cela doit être fait de manière collaborative et partagée.

Soumis par ocarbone - le 08 février 2013 à 10h39

Bonjour,

Vous avez tout à fait raison, c est d' ailleurs pour cela que nous écrivons à la fin qu'utiliser des outils personnels à des fins professionnelles a un coût et ne constitue pas en soi une solution.
L'idée ici n'est pas de défendre un modèle, mais de donner des pistes de réflexion. Peut être que parier sur le byod peut être un moyen de lutte contre la fracture numérique, avec une coparticipation a l'équipement, toutes les parties étant gagnantes ?
Merci pour votre commentaire, très juste en tout cas.
Bonne fin de semaine,
La Rédaction

Soumis par Mathilde Cristiani - le 09 février 2013 à 10h21

Le Boyd va soulever de nombreuses questions, que ce soit dans l'entreprise ou à l'université. D'un coté, c'est un usage qui se développe et qui apporte de la flexibilité mais d'un autre coté il y a des problématiques de sécurité et de droits. J'ai ouvert un débat à ce sujet sur Clubic qui est assez intéressant et que je vous invité à consulter > http://www.clubic.com/forum/ordinateurs-portables-pda-mobile/debat-du-jour-pour-ou-contre-le-byod-id868323-page1.html

Soumis par raphael - le 11 février 2013 à 10h21

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas