BYOD et sécurité : les salariés estiment que les efforts doivent venir de leur hiérarchie

Par 27 août 2013
conflict

52% des salariés américains se montreraient satisfaits de l'utilisation qu'ils font des appareils fournis par leur employeur. Mais à lui la charge d'assurer la sécurité de l'outil.

Si 55% des employés américains utilisent leur appareil mobile personnel sur le lieu de travail, l'inverse n'est pas tout aussi vrai, et 21% des travailleurs se serviraient d'un outil mobile (smartphone, tablette) à des fins personnelles. C'est ce que révèle l'entreprise américaine Fiberlink dans son rapport Adults Mobile Behavior, résultat d'une étude de Harris Interactive. Car en effet si la sécurité de leurs données personnelles restent au centre des préoccupations, un effort de la part de l'entreprise reste nécessaire.

Des usages protéiformes

Ainsi, même si l'usage de tels outils s'opère à la fois dans le cadre personnel et dans le cadre professionnel, 42% des employés interrogés se diraient prêts à installer une application dites «  filtre » afin de séparer le contenu personnel et le contenu salarié présents sur leur appareil mobile. Toutefois, la condition synequanone serait tout de même que celle-ci soit offerte par leur employeur. Par ailleurs, si près de 25% d'entre eux avouent se montrer favorables à l'utilisation d'une telle application, un tiers des répondants estiment qu'ils y seraient plutôt défavorable.

Une sécurité toujours aussi sensible

Si 45% des répondants penseraient que leur entreprise ne possède pas d'accès à leur appareil personnel lorsque celui-ci se trouve sur leur lieu de travail, ils seraient aussi 56% à ne pas se soucier d'un possible accès à leur smartphone ou leur tablette. Ils seraient toutefois 23% à s'inquiéter de la possibilité que leur entreprise accède à leur courriel, et 21% à ce que leur entreprise prenne connaissance d'informations confidentielles : numéros de comptes, mots de passe...

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas