Ca bouge pour le système d’exploitation Linux

Par 10 juillet 2003

Darl McBride, le PDG de SCO, société détentrice d’une licence Unix, n’est peut-être pas partie au Japon uniquement pour signifier son désaccord quant à la création d’un consortium pro-Linux ...

Darl McBride, le PDG de SCO, société détentrice d’une licence Unix, n’est peut-être pas partie au Japon uniquement pour signifier son désaccord quant à la création d’un consortium pro-Linux (le Celf, voir la Lettre de l’Atelier du 7 juillet) à Matsushita et Sony, les deux sociétés à l’initiative du projet. Le gouvernement japonais envisagerait en effet d’utiliser le système d’exploitation open source pour équiper ses 800 000 fonctionnaires. L’hégémonie de Microsoft serait-elle menacée ?

Il se pourrait par ailleurs que la firme de Redmond retombe dans ses tracas judiciaires. Le procureur général du Massachusetts ne se contente pas de maintenir ses poursuites contre le groupe pour ses pratiques jugées anticoncurrentielles, il demande maintenant l’ouverture d’un supplément d’enquête. Pour quel motif ? Le géant des nouvelles technologies aurait essayé d’empêcher des fournisseurs d’accès à Internet, ainsi qu’un constructeur informatique, d’utiliser Linux, par le biais de clauses et de mesures de rétorsion.

L’Etat du Massachusetts estime que Microsoft a violé l’accord à l’amiable signé avec la justice en 2001, et le ministère fédéral de la Justice américain (JOD) commence à se ranger à ses positions, ayant relevé plusieurs plaintes de concurrents du groupe relatives aux prix que Microsoft souhaite imposer au code source de Windows. Microsoft rejète ces accusations, estimant qu’il « respecte scrupuleusement l’accord signé ».

D’autre part, au sein des entreprises distribuant le système d’exploitation libre de droits, la guerre fait également rage. L’éditeur européen SuSE serait en effet en train de marquer des points importants face à son concurrent Red Hat. Le constructeur informatique Hewlett Packard a choisi la solution Linux de SuSE pour équiper ses serveurs Intel Proliant. L’éditeur allemand devient ainsi le plus sérieux concurrent de Red Hat.

(Atelier groupe BNP Paribas – 10/07/03)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas