Le calcul parallèle s'offre à tous les chercheurs

Par 04 octobre 2007

Le San Diego Supercomputer Center simplifie l'accès à certaines ressources de calcul parallèle. Cette initiative devrait permettre à un plus grand nombre de scientifiques d'y accéder. Et donc stimuler la recherche.

Le San Diego Supercomputer Center simplifie l'accès à certaines ressources de calcul parallèle. Cette initiative devrait permettre à un plus grand nombre de scientifiques d'y accéder. Et donc stimuler la recherche.

(cliquez pour agrandir)
Les systèmes ultra performants de calcul informatique atteignent un plus large public. Le San Diego Supercomputer Center (SDSC), une unité de recherche de l'université californienne, annonce un partenariat avec Interactive Supercomputing (ISC) pour permettre aux chercheurs, ingénieurs, étudiants et scientifiques américains d'accéder à certaines ressources de calcul parallèle - qui permet de traiter rapidement des problèmes informatiques de grande ampleur - du SDSC. Ce, en rendant ces technologies plus simples et plus accessibles. "La mise à disposition de nos ressources de calcul ultra évoluées aux chercheurs devrait entraîner d'importants gains de productivité", souligne Nancy Wilkins-Diehr, de la division Scientific Computing du SDSC. Et accélérer le rythme des découvertes scientifiques.
Accéder aux ressources de calcul depuis son ordinateur
Le cluster rendu disponible fonctionne sous la plate-forme de calcul interactif Star-P® d'ISC. Il sera accessible gratuitement à la communauté de recherche scientifique depuis n'importe quel ordinateur. Les scientifiques pourront coder des systèmes et des algorithmes sur leur PC en utilisant des applications basiques et facilement accessibles comme MATLAB®, Python et R. Ce, sans avoir besoin de les reprogrammer pour utiliser les systèmes de calcul parallèles. Une manipulation qui prend généralement plusieurs mois.
 
Des applications multiples et innovantes
Ces ressources de calcul sont déjà accessibles à la communauté scientifique. Des post-doctorants de San Diego testent ainsi leurs applications d'imagerie visuelle sur Star-P pour lutter contre le glaucome. Mais ils demandent une importante maîtrise des programmes informatiques. La nouvelle ressource de calcul, en simplifiant l'utilisation des clusters, devrait permettre à un plus grand nombre de la communauté scientifique d'y accéder. Et donc d'accomplir rapidement des progrès importants difficiles à réaliser autrement. "Les chercheurs pourront tester des expériences et des analyses qu'il n'était pas possible d'envisager avant. Si vous pouvez soudainement réaliser quelque chose cent fois plus vite, cela vous incite naturellement à explorer de nouvelles directions auxquelles vous n'auriez pas même pensé auparavant", conclut Nancy Wilkins-Diehr.

Mathilde Cristiani, pour L'Atelier
A ce sujet, la conférence en partenariat avec Microsoft et Platform :

Economies informatiques, performances des métiers financiers, développement durable... Pensez au Grid !

L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas