En Californie, le piratage de logiciels frappe les entreprises et l'économie

Par 31 janvier 2012 1 commentaire
piracy sign on top of dollars

Alors que dans certains pays, le piratage de logiciels peut atteindre 80%, la Californie doit faire face à une menace économique majeure, qui touche l'emploi, les revenus, les investissements et la fiscalité.

 

La plupart des entreprises informatiques et de logiciels étant installées en Californie, elles ont contribué de manière déterminante à l'économie de cet État, mais elles figurent également au premier rang des cibles de la cybercriminalité. L'Orange County Business Council estime que le vol de propriété intellectuelle a représenté, en 2011, une perte d'activité économique de 1,6 milliard de dollars et de 700 millions de revenus fiscaux . Dans les dix dernières années, 400 000 emplois sont passés à la trappe dans l'industrie et l'informatique. La concentration élevée d'entreprises technologiques en Californie a rendu l'État dépendant de ces industries pour la création d'emploi et l'investissement : les entreprises en appellent maintenant aux responsables publics pour y regarder de plus près et trouver les solutions propres à enrayer ce phénomène, en soulignant l'impact du piratage pour toutes les parties.

Sensibiliser l'État

Le taux de piratage de logiciels dans les pays en voie de développement peut régulièrement atteindre 80% du marché. La le piratage, qui empêche les entreprises technologiques de normaliser les principaux marchés et de commercialiser leurs licences dans des économies dynamiques et à croissance rapide, pèse lourdement sur leurs revenus : leur capacité d'investissement diminue, ce qui impacte tant la création et le maintien de l'emploi que l'innovation. Le problème touche donc l'ensemble de l'environnement économique, y compris le gouvernement californien : dans cet État, la création de valeur, les revenus des travailleurs et la création d'emplois régressent. Puisque l'économie californienne repose largement sur l'industrie de l'informatique et des logiciels, les chefs d'entreprise essaient de sensibiliser le gouvernement à ce problème en insistant sur le fait qu'une diminution du piratage serait bénéfique pour la Californie. Les entreprises attendent maintenant du gouvernement californien qu'il protège la propriété intellectuelle et mette en place des solutions juridiques.

Une économie plus dynamique grâce à une diminution du piratage

L'Orange County Business Council a publié des chiffres montrant qu'une diminution du piratage de 10% au cours des quatre prochaines années, entraînerait une augmentation de l'activité économique de 4 milliards de dollars et 660 millions de dollars de recettes fiscales supplémentaires pour l'État.Si ce résultat était atteint dans les deux prochaines années, ces chiffres seraient respectivement de 5,7 milliards et 880 millions de dollars. Les interactions existantes entre les entreprises technologiques et le gouvernement californien obligent les deux parties à collaborer pour s'attaquer au problème du piratage dont les conséquences vont bien plus loin que l'efficacité des entreprises, mais impactent l'ensemble de l'économie de la région.

 

Haut de page

1 Commentaire

Oui, sans doute.
Mais la pauvreté et la précarité sont en partie (combien ? 5% ou 90 %) responsables du phénomène.
Rares sont ceux qui peuvent se permettre d'acquérir un Os ou une suite MS-Office à plusieurs centaines d'euros et encore moins des logiciels spécifiques nécessaires pour l'exécution de son métier à plusieurs milliers d'euros (Autocad au hasard).
Il y a les alternatives gratuites, heureusement.
La copie est indissociable de l'industrie et plus celle-ci sera dématérialisée plus la copie sera inévitable.
Mais la copie est une industrie en soi et elle fait vivre des milliers de gens également : il faut des disques durs et des DVD pour stocker tout cela. Il faut des serveurs pour héberger les copies et donc du personnel pour les faire tourner et les surveiller. Elle permet à des petites entreprises de fonctionner. Sans cette copie bon nombre de gens seraient au chômage faute de fonds pour acquérir les logiciels de base !
Les études prennent-elles en compte tout cela ?
Probablement pas.

D'autant que la plupart du temps, ces emplois ne sont pas locaux mais répartis au travers du monde.
L'industrie informatique US est probablement la première à vanter les mérites de la mondialisation mais dès que l'on parle d'emplois indirects générés par la copie illégale, là, il n'y a plus de mondialisation.
Curieux non ?

db

Soumis par Gourmet (non vérifié) - le 31 janvier 2012 à 17h18

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas