Quand les caméras détectent les comportements suspects

Par 21 décembre 2009
Mots-clés : Smart city

Samurai développe un réseau de caméras de vidéo-surveillance capables d'identifier si l'attitude d'une personne au milieu d'une foule est classique ou au contraire suscite des interrogations.

Détecter un comportement anormal au sein d'une foule requiert beaucoup d'attention de la part des agents chargés de cette tâche. Le projet Samurai propose d'automatiser cette veille : il travaille sur un réseau de caméras de vidéo-surveillance fixes et mobiles capables d'identifier et suivre les personnes ayant une attitude suspecte. Et ce, dans des endroits publics très fréquentés comme des aéroports ou des couloirs de métro. Le système étudie les déplacements d'individus et en tire des modèles de comportement types. Le but est de faire comprendre à l'ordinateur comment agissent et se déplacent en général les gens dans un endroit donné. Si un individu se comporte de manière considérée comme anormale, le système déclenche une alerte.
Suivre la personne suspecte
Un opérateur humain prend alors le relais. S'il estime que l'individu épinglé par la caméra n'est pas dangereux, il le signale à la machine, qui intègre les modes de déplacement de la personne à sa base de données. Dès que le système considère un comportement comme anormal, il réalise un zoom sur la personne et la suit. Pour affiner le suivi, les chercheurs apprennent au système à identifier certains éléments caractéristiques de l'individu, comme un chapeau, un sac, ou le nombre de personnes qui se déplacent avec lui. Ils travaillent également sur un système permettant à la machine de prendre en compte les changements de luminosité pouvant survenir entre deux plans.
Reconnaître un comportement suspect au milieu d'une foule
Cela permettra à cette dernière de reconnaître une personne d'une caméra à l'autre. Des capteurs sonores complètent le dispositif. Cela donnera la possibilité au système d'étudier aussi l'empreinte sonore des situations. Selon les chercheurs, de tels systèmes de surveillance existent déjà, mais ils n'étaient pas capables de réaliser cette veille dans des endroits publics bondés. Selon The New Scientist, de premiers essais ont déjà été réalisés par l'équipe de Samurai en utilisant des séquences filmées à l'aéroport d'Heathrow. Selon les responsables, ceux-ci se sont révélés fructueux. Le projet arrivera à terme en 2011.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas