Les caméras infrarouges se plaisent aussi à température ambiante

Par 02 juillet 2010 2 commentaires
Mots-clés : Digital Working

Le système du Fraunhofer permet aux capteurs d'image installés dans les caméras de fonctionner sans système de refroidissement. Le but : généraliser l'usage de systèmes de détection d'obstacles dans les voitures.

Pour renforcer la sécurité lors de la conduite de nuit ou dans des conditions climatiques difficiles, l'une des solutions est d'intégrer des caméras infrarouges. Les détecteurs dont elles sont truffées étant capables de repérer et de localiser des sources de chaleur comme celle produite par un piéton ou un animal. Puis d'alerter le conducteur. Seul problème, rappelle l'Institute for Microelectronics Circuits and Systems (IMS) du Fraunhofer : les systèmes infrarouges à longue portée nécessitent d'être dans un environnement froid (les capteurs doivent être en permanence préservés à près de - 193° Celsius). Et les dispositifs existants, utilisés principalement dans le domaine militaire, sont coûteux et de taille imposante au regard du système. C'est pour répondre à ce problème que l'institut a mis au point un capteur d'image qui fonctionne à température ambiante.
Une seule conversion des données
Et ne nécessite donc plus de dispositif de refroidissement dédié. Celui-ci, baptisé Infrared Focal Plane Array (IRFPA) intègre un micro-bolomètre. Soit un détecteur sensible à la chaleur et qui absorbe la lumière infrarouge. Quand il intègre la lumière générée par une source de chaleur, sa température intérieure augmente et sa résistance électrique se modifie. Un convertisseur change ensuite cette résistance en signal numérique. Jusqu'à présent il fallait une étape supplémentaire : les données liées à la résistance étaient d'abord converties en un signal analogique puis numérisées en utilisant un appareil dédié. Une étape qui nécessite la présence d'un système de refroidissement.
Adaptable dans une multitude de situation
"Nous utilisons du coup un type très spécifique de convertisseur nommé sigma-delta. Celui-ci permet de produire directement un signal numérique", commente Dirk Weiler, de l'institut et responsable du projet. Et de se passer de dispositif de refroidissement. En plus du secteur de l'automobile, d'autres applications sont envisagées. Les chercheurs évoquent ainsi la lutte contre les incendies : installer de telles caméras dans des lieux à risque permettrait de débusquer rapidement des débuts de feu. Lors d'opérations de secours, cela permettrait aussi d'identifier des personnes dans des bâtiments enfumés.

Haut de page

2 Commentaires

Merci pour cet article, très interessant

Soumis par camera ip (non vérifié) - le 04 juillet 2010 à 17h14

Merci

Soumis par toplist (non vérifié) - le 04 juillet 2010 à 15h56

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas