Les caméras résument d'elles-mêmes les heures de visionnage

Par 09 juin 2010
Mots-clés : Smart city

L'université de Jérusalem propose un système de vidéo-surveillance qui condense en une courte séquence vidéo les moments d'activité enregistrés par les caméras, tout au long de la journée.

L'université de Jérusalem veut simplifier la tâche des responsables de sécurité : elle a mis au point un système qui fournit automatiquement un résumé en surimpression des événements d'une journée considérés comme importants et captés par une caméra de vidéo-surveillance. Cela afin de permettre aux agents de ne plus avoir à se concentrer sur les écrans de façon continuelle, en demeurant à l'affût d'éléments suspects. Et en leur donnant surtout la possibilité de survoler en quelques minutes l'ensemble des enregistrements en se focalisant sur les moments clés si un instant en particulier doit être identifié. Pour ce faire, le dispositif sépare le fond statique des objets mouvants au premier plan, appelés "événements". Il ne garde ensuite que les moments pendant lesquels il a repéré une activité.
La vidéo indexée
Puis superpose les différents plans afin de proposer un résumé qui, en quelques minutes, condense l'ensemble des événements - qu'ils soient suspects ou non. Les utilisateurs n'ont alors qu'à regarder cette séquence, pour rechercher un élément en particulier ou pour simplement vérifier que rien d'anormal ne s'est présenté. Le cas échéant, ils ont la possibilité de revenir à la vidéo originale, pour un examen plus poussé. En passant le curseur sur l'un des objets filmés, on peut en effet lire le moment de la séquence vidéo auquel cela correspond. "C'est un peu comme un index, mais pour la vidéo", explique à L'Atelier Shmuel Peleg, le chercheur à l'origine de la technologie. "Une heure de vidéo peut être résumée en moins d'une minute, en fonction de la densité de l'image attendue par l'agent de sécurité, qui utilise le logiciel que nous avons développé", précise-t-il.
Une perte de l'attention après 20 minutes de visionnage
Point important : selon les scientifiques, cette invention n'est pas contradictoire avec la présence d'un ou plusieurs agents de surveillance. "Compte tenu du fait que plusieurs études indiquent que les opérateurs humains perdent leur attention après vingt minutes de ce type de visionnage", soulignent-ils. A noter : d'autres programmes existent déjà, qui identifie l'imminence d'un événement inhabituel. A l'image du projet Hermès, qui fait des caméras de vidéo-surveillance des rapporteurs, capables de décrire en langage naturel les comportements suspects, et de les faire réciter par un avatar.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas