Canada : la crise pousse les PME dans les bras des nouvelles technologies

Par 22 décembre 2009

En période de crise, les petites et moyennes entreprises canadiennes se tournent vers les solutions technologiques pour améliorer leurs performances.

L’inquiétude ressentie par les PME canadiennes face à la crise les pousse à investir dans les nouvelles technologies, affirme AMI Partners dans un rapport. Les entreprises espèrent ainsi améliorer l’efficacité de leurs processus et améliorer leur rentabilité. Les dépenses liées aux TIC sont en tout cas sur le point d’atteindre les 7 millions de dollars au troisième trimestre. Soit une progression de 5 % par rapport au trimestre précédent. Celles-ci se concentrent sur le matériel informatique et les télécoms, qui devraient connaître une progression d’un peu moins de 10 % d’un trimestre à l’autre. Le logiciel et les solutions de stockages figurent également au rang des technologies qui connaîtront une croissance honorable. "Avant, les entreprises moyennes cherchaient à augmenter la productivité de leurs employés, désormais elles se concentrent sur des objectifs plus précis", explique l’analyste.
Les grosses PME plus inquiètes que les petites
"Elles se concentrent sur la gestion des données et des logiciels susceptibles d’améliorer les ventes". Quand aux plus petites entreprises, elles cherchent avant tout à rendre leurs employés plus mobiles. Certaines sources d’inquiétudes des sociétés canadiennes sont plus marquées qu’elles ne l’étaient au trimestre précédent. Les annulations de commandes et le ralentissement de la vitesse de paiement des clients figurent dans la liste des problèmes les plus rencontrés. En conséquence, les compagnies se concentrent particulièrement sur des mesures de réduction des coûts. Près du double de celles interrogées affirment vouloir utiliser les nouvelles technologies à ces fins dans les trois prochains mois. Selon le cabinet, cette croissance des dépenses IT devrait se poursuivre au dernier trimestre.
Les technologies pour réduire les coûts
A noter : si l’inquiétude domine chez les PME, elle concerne surtout les plus grosses d’entre elles. Il n’y a pas d’évolution dans la manière dont les entreprises de moins de cent employés se sentent affectées par la situation économique actuelle. Les sociétés moyennes (entre cent et mille employés), en revanche, se disent plus inquiètes qu’elles ne l’étaient il y a peu. "Les compagnies les plus grosses en particulier pensent à leur performance financière à la fin de l’année", explique une analyste de AMI Partners. "En conséquences les budgets s’ouvrent peu à peu dans certains domaines pour mettre en place des solutions et des produits qui aideront à améliorer les performances". Les PME canadiennes ne sont pas les seules à voir une bouée de sauvetage dans les nouvelles technologies, c’est aussi le cas aux Etats-Unis.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas