Canal Plus, cible des pirates par Internet.

Par 18 janvier 1999
Mots-clés : Smart city

Les premiers décodeurs pirates avaient fait leur apparition dès le lancement de Canal Plus en novembre 1984. Cette activité, malgré de nombreuses ripostes judiciaires et technologiques, n'a jamais c...

Les premiers décodeurs pirates avaient fait leur apparition dès le
lancement de Canal Plus en novembre 1984. Cette activité, malgré de
nombreuses ripostes judiciaires et technologiques, n'a jamais cessé.
Aujourd'hui, de nombreux sites français et étrangers proposent ouvertement
toute une panoplie de logiciels permettant de décrypter Canal Plus et un
bon nombre de chaînes thématiques de CanalSatellite.
La vie des pirates et des utilisateurs de logiciels illégaux est
simplifiée avec Internet. La police peut difficilement repérer ces sites à
l'existence éphémère dont un grand nombre sont émis depuis des pays
étrangers. L'anonymat et l'impunité de l'utilisateur sont également eux
aussi quasi assurés. Après avec téléchargé gratuitement l'un des nombreux
logiciels pirates de Canal Plus analogique, il ne reste plus à
l'utilisateur à acquérir pour 600 à 800 F une carte de capture vidéo du
type Micro pctv disponible dans les magasins spécialisés en informatique.
La chaîne cryptée a déposée plainte en juillet et ses services techniques
s'activent à trouver une parade. Cette dernière serait actuellement testée
avant d'être appliquée. Serge Salvai, directeur des affaires juridiques
et immobilières de Canal Plus précise "en douze ans, Canal Plus a remporté
1 300 jugements contre des pirates et des utilisateurs".
Bien que les équipes de Pierre Lescure n'aient pas encore détecté de
logiciels illicites pour la version numérique lancée en avril 1996, un
site pirate propose déjà, pour environ 153 euros, des cartes numériques
pour décoder Canal Plus Telepiù, Premiere, DF1 (le bouquet numérique du
groupe Kirch) et les bouquets Multichoice.
(Le Monde - 16/01/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas