Le cancer se détecte grâce à un stylo

Par 01 février 2016
Mots-clés : e-Health, Amériques, microscope
Le stylo-microscope qui détecte le cancer. © University of Washington

Des chercheurs de l’Université de Washington ont mis au point un microscope-stylo pour permettre aux chirurgiens de détecter les cellules cancéreuses pendant l’opération.

Après la détection des cellules tumorales par analyse sanguine et via Microsoft Kinect, c’est un stylo spécial qui permettra de déceler le cancer. Des chercheurs de l’Université de Washington ont en effet mis au point un microscope de la taille et de la forme d’un stylo pour que les chirurgiens identifient les cellules cancéreuses pendant l’opération.

Grâce à ce microscope relié à un écran développé par des ingénieurs en génie mécanique, les chirurgiens pourront voir à l’échelle cellulaire et savoir quand s’arrêter de couper pour retirer une tumeur sans laisser de cellules malignes ou risquer de créer des dommages. Jusque-là, le médecin était obligé de se fier aux images pré-opératoires et à ses sens.

Cette nouvelle technologie mise au point en partenariat avec le Memorial Sloan Kettering Cancer Center, Stanford University et le Barrow Neurological Institute est détaillée dans un article récemment publié au journal Biomedical Optics Express. Le microscope produit des images en haute-définition et rapidement grâce à la technique du microsystème électromécanique. La vitesse est importante pour un appareil qui a vocation à être déplacé souvent car si les images ne défilent pas suffisamment vite elles risquent d’être floues.

Sa performance n’est pas impactée par sa taille réduite : la résolution, les contrastes et la qualité de l’image restent meilleurs que pour les dispositifs existants. L’approche innovante utilisée permet également d’éclairer pour voir plus clairement à travers les tissus opaques. Le microscope miniature capture les détails jusqu’à un demi millimètre en dessous de la surface des tissus, là où certaines cellules cancéreuses prolifèrent.

Ce dispositif sera utile pour éviter des procédures invasives comme les biopsies et pourrait également servir dans les cas dermatologiques ou dentaires pour mieux évaluer les lésions et la nécessité d’opérer. Les chercheurs espèrent tester l’efficacité de ce microscope comme détecteur de cancer dans le cadre clinique dès l’année prochaine et l’introduire dans des opérations ou d’autres procédures d’ici deux à quatre ans.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas