Le capteur extensible protège les passagers en cas d'accident

Par 23 mai 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
Intérieur voiture

Intégrer des senseurs qui prennent en compte la pression exercée par une personne sur différents points de son siège permet de déterminer sa position et de savoir si déclencher l'airbag en cas de choc lui sera bénéfique ou non.

L'insertion de capteurs dans et hors des véhicules pour améliorer la sécurité liée aux risques de chocs n'est pas suffisante. Il faut aussi prendre en compte la situation des passagers qui sont à l'intérieur lors d'un accident, juge l'institut ISC du Fraunhofer. Celui-ci a mis au point un réseau de capteurs qui s'embarquent dans le textile des sièges et qui mesure la position, les mouvements et le poids de la personne assise. Cela afin de savoir s'il faut déclencher ou non l'airbag si un problème survient. En fait, ces senseurs sont constitués de films élastomères extensibles et d'électrodes fixés à chacune de leurs extrémités. Quand la personne assise bouge, cela tend ou détend le système, et modifie du coup son épaisseur ainsi que ses propriétés électriques. Ce qui permet de déduire la manière dont est assis l'individu. Selon les chercheurs, le dispositif peut s'étendre jusqu'à deux fois sa taille.

Détecter la position

Ce qui est intéressant dans ce système c’est que le changement de pression sur les capteurs peut également indiquer le poids, ainsi que la taille d’une personne. En d’autres termes, cette solution permet de savoir s’il s’agit d’un enfant ou d’un adulte qui est assis sur un siège. Le but ? Lorsqu’un enfant est assis sur le siège mais qu’il se tourne pour regarder derrière par exemple, les capteurs reliés aux airbags émettent l’information sur sa position pour les empêcher de se déclencher car ils causeraient des blessures. Autre chose, les capteurs peuvent être placés indépendamment sur différentes parties du siège. Cela donne une information globale sur le degré de pression, et offre ainsi une vision plus précise de la position du passager sur son siège.

Améliorer la sécurité des personnes

A noter que ce dispositif de capteurs qui s'embarquent dans le textile s'applique à d'autres secteurs de la sécurité : les chercheurs parlent de mettre au point des vêtements capables de détecter par exemple une fuite de gaz. En effet, les émissions de gaz exerceraient une pression sur la fibre du tissu sensible qui se déformerait, ce qui avertirait les capteurs qui eux-mêmes sont reliés à un système d’alarme. Reste aux scientifiques la possibilité d’élaborer des mailles de tissu plus ou moins élastiques et robustes selon l’usage que l’on en fait. Pour information, une démonstration de ce système de capteurs aura lieu au salon Sensor Test Fair du 7 au 9 juin à Nuremberg. 

 

 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas