Le capteur a un but : améliorer le gardien

Par 29 mai 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

Afin de permettre aux gardiens de but d'être plus performants, l'ETH Zurich utilise des capteurs et des caméras pour comprendre l'état de concentration du professionnel au moment d'un penalty.

Sur quels éléments se concentre un gardien de but au moment où la balle arrive dans sa direction ? La question peut sembler de peu d'importance, mais être en possession de ces données permettrait aux professionnels d'améliorer leurs techniques de jeux. Une équipe de l'ETH de Zurich s'est attelée à la tâche. Elle développe un outil de simulation permettant de recréer une scène de penalty afin d'analyser les réactions d'un gardien au moment exact de l'envoi du ballon. L'atmosphère d'un stade - bruits de foule, température, luminosité, etc. - est reproduite sur des écrans dans une salle où est installée une véritable cage, dans laquelle évolue un gardien. Ce dernier porte une paire de lunettes en trois dimensions qui simulent l'arrivée vers lui du ballon représenté sur l'un des écrans. Il est également muni de gants et d'une casquette équipés de capteurs reliés à des caméras infrarouges, afin d'enregistrer l'ensemble des mouvements qu'il effectue.
Connaître l'état de concentration
Des électrodes et autres capteurs sont enfin posés sur l'ensemble de son corps, pour relever des données comme le pouls ou la sudation. Toutes ces informations sont ensuite recoupées et analysées depuis un ordinateur central. Entre autres choses, les chercheurs souhaitent savoir à quel point l'ambiance du stade et la réaction du public jouent sur l'état de concentration du gardien. Si ce dernier capture la balle, des applaudissements sont diffusés. Dans le cas contraire, ce sont des huées. L'équipe souhaite aussi connaître quelles parties de son corps le gardien bouge en premier pour anticiper la venue du ballon. Il s'agit également de tester les capacités de réaction des professionnels : voir s'ils bougent trop vite, ou au contraire s'ils restent figés trop longtemps.
Optimiser l'entraînement
Autre intérêt : connaître l'état psychologique de la personne, en s'appuyant sur les différents changements physiques constatés. Le but étant de permettre ensuite au gardien de s'entraîner régulièrement afin d'optimiser son état mental avant un match. Selon Peter Wolf, co-responsable du projet, le système de tracking des mouvements utilisé possède une précision de l'ordre de 15 millisecondes. Le nouveau défi est maintenant de reproduire chez le gardien la sensation de toucher le ballon, afin de rendre la scène encore plus réaliste. A terme, le dispositif devrait être proposé aux clubs. D'autres solutions de simulation existent déjà dans d'autres disciplines sportives. Le même laboratoire dispose ainsi d'un simulateur d'aviron qui reproduit la résistance de l'eau grâce à des systèmes robotisés.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas