Capteurs de mouvement et d'énergie rendent le domicile plus inviolable

Par 07 septembre 2012 Laisser un commentaire
fenêtre

Le Fraunhofer a mis au point des capteurs sans fil et alimentés via des systèmes de récupération d'énergie, et qui détectent si une fenêtre est ouverte ou n'a pas été fermée. Le dispositif alerte ensuite l'ordinateur central.

Il ne suffit pas de connecter les objets pour améliorer tout un système de domotique. Selon l'institut de Circuits Intégrés (IIS) du Fraunhofer, il existe ainsi déjà des systèmes capables de détecter si une fenêtre est ouverte et d'en alerter le système central. Mais ces dispositifs sont en général filaires ou nécessitent des batteries, ce qui les rendraient plus vulnérables. Pour y remédier, une équipe de chercheurs a du coup travaillé sur des capteurs sans-fil embarqués dans le cadre de la fenêtre, alimentés par l'énergie produite par leur environnement : courants d'air, vibrations, lumière du soleil, chaleur ambiante. En fait, le système est une adaptation d'un capteur déjà développé par l'Institut, baptisé HallinOne, et qui est un détecteur de champ magnétique 3D, déjà utilisé dans des appareils comme les machines à laver pour identifier la position exacte du tambour.

Mesurer les différences de positions

Il détecte les mouvements en mesurant les variations de l'angle et la position d'un aimant intégré dans la partie inférieure de la poignée. D’après Klaus-Dieter Taschka, "le système est inviolable et protège contre les effractions". L'aimant ne peut pas être enlevé sans que le capteur de détection ne le soit. Les différents capteurs forment un réseau sans fil qui ressemble un peu au Bluetooth. Ils renvoient les informations directement à une station centrale qui  peut être un ordinateur, une tablette ou un Smartphone. Côté alimentation, des générateurs thermoélectriques sont intégrés dans le cadre, pour transformer la chaleur en énergie.

Récupération d'énergie

Des cellules solaires fixées sur ces mêmes cadres, mais côté extérieur, permettent aussi de capter de la lumière. "Nos tests ont montré que cela fonctionne même avec une fenêtre orientée nord", explique Andreas Buchholz, directeur de la recherche et du développement chez Seuffer. Ensuite, dans les faits, le système indique à l'ordinateur central si une fenêtre est peu ou complètement ouverte. A l'utilisateur de vérifier cela avant de sortir de chez lui. Ou de le faire depuis son smartphone : les chercheurs indiquent que leur système peut-être piloté à distance. La production devrait commencer d'ici la fin de l'année.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas