Des capteurs décongestionnent les pistes d'atterrissage

Par 02 avril 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

Mettre au point des capteurs magnétiques permettant de compléter les systèmes de localisations des avions au sol. C'est la solution avancée par les chercheurs du projet Ismael pour améliorer la circulation des véhicules sur les pistes.

L'encombrement du trafic aérien n'à pas lieu uniquement dans les airs. Le tarmac des aéroports internationaux est également sujet à de fortes densités de circulation. Un problème qui peut être résolu grâce au déploiement de réseaux de capteurs capables de détecter avec fiabilité les véhicules présents sur les pistes. Tel est l'objectif que poursuivent les chercheurs européens du projet Ismael. Ceux-ci mettent actuellement au point un système de localisation terrestre des avions basé sur l'empreinte électromagnétique de ces derniers. Une approche rendue possible par des capteurs dits magnéto-résistants. Cette technologie repère en effet les infimes modifications du champ magnétique terrestre engendrées par la carlingue métallique des aéronefs. Un système qui vient pallier certaines insuffisances des méthodes actuelles.
Etendre la couverture de l'espace au sol
Des systèmes de radar terrestres sont déjà utilisés mais leur efficacité est limitée. Ils sont en effet perturbés par la présence de bâtiments et de terminaux alentours. Conséquence : certaines zones aéroportuaires n'entrent pas dans le champ du radar. Une situation à laquelle vient remédier le réseau de capteurs magnétiques en assurant la fonction de localisation dans ces zones "aveugles". Le dispositif mis au point par les chercheurs n'est pas plus grand qu'une boîte à cigare. Il intègre une puce mémoire miniature et un processeur de signal qui viennent accompagner le capteur magnéto-résistant. Ce système parviendrait à localiser tous les avions passant à proximité avec une précision de l'ordre de sept mètres. Un degré d'exactitude comparable à la plupart des systèmes de management du trafic utilisés par les contrôleurs aériens, précise l'équipe du projet recherche européen.
Une technologie bon marché à l'épreuve des intempéries
L'utilisation de capteurs magnétiques présente d'autres types d'avantages. Pour les utilisateurs d'abord. Notamment testé sur les aéroports de Francfort et Thessalonique, le "dispositif Ismael" s'est avéré à même d'offrir une meilleure visibilité sur les déplacements des avions au sol lors de fortes intempéries. Ceux-ci ne sont en effet affectés ni par la pluie, ni par le brouillard, comme pourrait l'être un système de détection vidéo. L'intérêt financier est également évoqué. Le coût des capteurs en question est évalué à environ 150 dollars par unité. Soit un tarif autorisant le déploiement de cette technologie aux endroits stratégiques des aéroports de grande taille, et une couverture totale de l'espace au sol des stations de moindre importance. La technologie présentée par le consortium Ismael pourrait également trouver des applications dans le cadre de la gestion de places de parking automobile.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas