Capteurs infrarouges et caméras contrôlent l'espace de travail

Par 10 avril 2008
Mots-clés : Smart city

Mitsubishi a mis en place ces technologies de détection au sein d'un espace de bureau. Objectif : favorisé le développement de solutions de gestion de l'environnement de travail.

Les réseaux de capteurs permettront le développement de véritables immeubles intelligents qui vont améliorer la productivité, l'efficacité et la sécurité. Tel est le postulat qui a présidé au lancement du projet "Visualizing the history of Living Spaces" mené par le Mitsubishi Electric Research Laboratories et dont les conclusions ont été présentées récemment. Cette expérimentation a consisté à déployer un réseau de capteurs infrarouges couplé à des caméras de vidéo surveillance au sein d'un espace de travail de 3 000 mètres carrés. Un dispositif visant à analyser les déplacements de personnel. L'opération a concerné en effet près de quatre vingt professionnels sur une période d'un an. Objectif pour Mitsubishi : aider les les concepteurs à développer des systèmes de contrôle efficaces et les moins intrusifs possible.
Traquer les déplacements
D'après les chercheurs impliqués dans le projet, l'expérience a permis de répondre à certains problèmes inhérents au déploiement de systèmes de visualisation et de détection : synchronisation des capteurs et caméras, clarté de l'interface utilisateur, temps de réponse, etc. Selon eux, le principal défi était de produire une interface permettant de gérer le suivi des déplacements de manière intuitive. Ces derniers y seraient parvenus grâce à une table tactile favorisant la manipulation des différentes données. D'autre part, en concevant une interface graphique ergonomique mêlant des informations spatiales - une cartographie schématique de l'espace "surveillé" présentant la position des individus - et temporelles. Deux dimensions nécessaires à la compréhension des flux de personnes au sein d'une zone spécifique, indiquent les participants au projet.
Applications multiples
Ce système d'affichage autorise en effet l'utilisateur à effectuer plusieurs opérations telles que : suivre les mouvements d'un unique individu en temps réel, être à même de visualiser tous les déplacements effectués à un moment T, ou encore étudier les trajectoires empruntées, etc. Autant d'éléments permettant de mettre en place des dispositifs de sécurité efficaces, de mieux gérer l'espace ou encore d'améliorer certains processus ayant trait à la logistique, indique un responsable de société de vidéosurveillance. A noter : les chercheurs impliqués dans le projet sont partis du principe que la limitation du nombre de caméras favorise la protection de la vie privée. L'alternative des capteurs de mouvement infrarouges est ainsi apparue adaptée dans la mesure où ces derniers sont aveugles, c'est-à-dire qu'ils ne permettent pas à eux seuls d'identifier une personne. Ces composants sont par ailleurs moins coûteux qu'un système intégré de caméra à détection de mouvement.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas