Des capteurs mettent les alpinistes à l'abri des avalanches

Par 22 octobre 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

Initialement voué à l'étude des liens entre changements climatiques et éboulements, le réseau de capteurs du projet PermaSense permettra de mieux protéger les randonneurs.

Le programme de monitoring sans fil PermaSense a été conçu à l'origine pour enregistrer des données relatives aux processus de glaciation, aux mouvements des roches et au gradient de température d'une des arêtes du Cervin*. A terme, ce projet d'étude géologique servira de base à un dispositif d'alerte en temps réel. Lequel permettra, grâce à des capteurs, de connaître les zones où risquent de se produire des avalanches et des glissements de terrain. Certains itinéraires d'ascension pourront ainsi être fermés à temps afin d'éviter les accidents. Le projet est loin d'être anodin : environ cinq cent personnes ont déjà perdu la vie lors de l'ascension du Cervin. Chaque réseau de nœuds de capteurs - installés par hélicoptère - contient un ordinateur miniaturisé avec une radio intégrée.
Un projet interdisciplinaire
Il embarque également une unité de mesure et de communication, une capacité de mémoire de un gigabyte et une batterie spéciale conçue pour durer au moins trois ans. Pour permettre à ces nœuds de durer si longtemps, Jan Beutel, un chercheur en ingénierie informatique à l'école polytechnique fédérale (ETH) de Zurich, explique qu'il a fallu concevoir un système où la mesure, l'enregistrement et la communication des informations ne dure qu'une fraction de seconde toutes les deux minutes. "Tous les composants ont par ailleurs été conçus et testés de manière à ce qu'ils fonctionnent dans des conditions météorologiques extrêmes, avec des températures inférieures à quarante degrés celsius".
Communication des données via GPRS
Ce réseau de capteurs communique ses données à une station de base centrale. Laquelle les envoie ensuite sur Internet via GPRS à l'aide d'un simple téléphone cellulaire. Les chercheurs peuvent ainsi surveiller en permanence les évolutions du terrain. "L'Internet mobile commence à se répandre. Mais la solution inverse, qui consiste à envoyer des données sur le Web grâce à un portable, est encore peu commune. Il nous a donc fallu nous assurer que ce processus de communication était fiable à 100 % et qu'aucune donnée n'y était perdue". Si sa phase de pilotage est un succès, ce projet interdisciplinaire pourrait être étendu à l'ensemble des Alpes suisses. Les Universités de Zurich et de Basel y sont également associées.

*un sommet situé à la frontière italo-suisse.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas