Les capteurs peuvent aussi réduire le risque d'amputation

Par 30 juillet 2007

Zephyr Technology croit en la prévention et développe des semelles pour chaussures intelligentes. Celles-ci pourront repérer les éventuelles altérations des pieds des diabétiques afin de limiter le nombre d'amputations...

Zephyr Technology croit en la prévention et développe des semelles pour chaussures intelligentes. Celles-ci pourront repérer les éventuelles altérations des pieds des diabétiques afin de limiter le nombre d'amputations.
Des chaussures qui prennent soin de leur propriétaire.
C'est ce que souhaite mettre au point la société Zephyr Technology, avec ses semelles capables de détecter la présence de blessures sur les pieds des personnes diabétiques. Ce système, intégré dans une chaussure baptisée ShoePod, fonctionnera avec des capteurs.
Elle devrait permettre de limiter le nombre d'amputations, estimé à 90 000 chaque année aux Etats-Unis. "Les personnes qui souffrent d'un diabète avancé de type 2 perdent généralement les sensations au niveau de leurs pieds".
 
Une surveillance aiguë de la condition physique du marcheur
 
"Elles ne peuvent donc détecter les premiers signes d'ulcération, qui peuvent mener à l'amputation", souligne Steven Small, directeur du développement et du business chez Zephyr. Selon lui, le système devrait servir à éviter pas moins de 85% des amputations effectuées chaque année aux Etats-Unis. Les capteurs intégrés aux semelles, combinés à de nouveaux algorithmes, fourniront des informations sur la température de la peau, le rythme cardiaque, la posture du marcheur, et des statistiques sur son activité et sa respiration.
Ces données seront utilisées pour mesurer les performances et la condition physique.
 
Des capteurs toujours plus précis
 
"Notre but est de développer une ShoePod capable de déterminer la température et la pression du corps sur les pieds afin de pouvoir détecter rapidement tout problème potentiel", ajoute Steven Small.
Le projet est soutenu par le gouvernement néo-zélandais à travers la Foundation for Research, Science and Technology, à hauteur de 348 000 dollars. Cette collaboration devrait permettre à Zephyr de résoudre certains problèmes techniques comme la mise en place de capteurs de températures assez fins pour être intégrés dans une semelle et assez puissants pour être efficace malgré le port de chaussettes.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 30/07/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas