Des capteurs pour sécuriser les mines en activité

Par 16 juillet 2010
Mots-clés : Smart city, Asie du Sud

La solution déployée par un consortium indien permet de prélever des données concernant la température ou les gaz toxiques dans les gisements. Puis de les envoyer sur une plate-forme en ligne pour un compte-rendu à distance.

"Les technologies de l'information et de la communication pourraient rendre les mines plus sûres", prônent des chercheurs indiens des universités de Dhanbad, de Jaipur et de Nagpur. Ils proposent une méthode basée sur l'intégration d'un réseau de capteurs sans-fil dans un gisement. Capteurs visant à mesurer en temps réel le taux de différents gaz toxiques, ainsi que d'autres paramètres, comme la température, l'humidité, le niveau d'eau, etc. "Ces paramètres sont ceux qui sont à l'origine de la plupart des accidents", précisent les scientifiques.
Les capteurs placés à différents endroits de la mine
Les capteurs sont placés à différents endroits de la mine, chaque nœud couvrant un espace déterminé. Et envoyant les informations récoltées à une plate-forme centrale, qui communique avec un réseau extérieur via une passerelle informatique. "Les capteurs envoient des données au microcontrôleur, lequel transmet ces informations à un système asynchrone", détaillent les chercheurs. L'ensemble des données est ensuite envoyé à l'ordinateur principal, dont le système d'exploitation fonctionne sous linux, pour une utilisation du système en open source.
Une interface Web
Les données sont en effet réactualisées régulièrement, et accessibles depuis une interface web. A savoir que plusieurs éléments menacent la sécurité des mines, selon les scientifiques indiens : les bourrasques de vent, les inondations, les éboulements, l'explosion de méthane, etc. L'un des principaux problèmes correspond au bas niveau d'oxygène à l'intérieur des gisements, et à la concentration de gaz nocifs, comme le nitrogène ou le méthane.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas