Quand les capteurs s'éloignent du patient pour se faire plus discrets

Par 08 juin 2010

Des systèmes embarqués dans les vêtements recueillent la fréquence cardiaque d'un patient, à distance et sans contact avec la peau. Ils enregistrent non pas le pouls mais l'activité électrique du coeur.

Calculer la fréquence cardiaque d'un patient peut se faire discrètement et sans électrodes ni capteurs installés à même la peau. Un chercheur de l'université de San Diego a ainsi mis au point des capteurs sans fils qui - embarqués sur les vêtements de la personne - contrôlent le pouls d'un individu. Comment ? En enregistrant non pas le rythme cardiaque en lui-même mais l'activité électrique du cœur - biopotentiel. Celle-ci apparaît sous forme de mini voltage à la surface de l'épiderme. "Ces voltages proviennent de l'activité électrique de cellules humaines comme les neurones ou les cellules cardiaques, qui se propagent au travers du corps", précise Yu Mike Chi, le responsable du projet. Et d'ajouter : "actuellement, il faut en général coller un patch sur sa poitrine pour enregistrer son rythme cardiaque, ce qui est inconfortable". Ici, le système consiste en des capteurs reliés à une puce électronique.
Une meilleur prévention de la santé
Quand il souhaite que ses données physiologiques soient collectées, l'utilisateur doit déclencher le système en pressant sur sa poitrine. Les données sont alors transmises par réseau sans fil vers des ordinateurs qui établissent un électrocardiogramme. A savoir que plusieurs prototypes de capteurs enregistrant le 'biopotentiel' ont été développés depuis les années 1960. Mais si l'on en croit les scientifiques, aucun d'entre eux n'a pu dépasser l'étape de commercialisation. "Le coût, la fiabilité et la difficulté d'enregistrement des signaux électriques du corps ont été des barrières au passage de ces capteurs au réseau sans fil", expliquent-ils. "Nous avons réussir à réduire les circuits imprimés permettant le captage des informations en un seul circuit intégré qui rend la solution plus fiable et moins coûteuse".
Un système plus fiable et moins coûteux
Selon le chercheur, un tel dispositif permettra de réduire les coûts médicaux liés au suivi de pathologies cardiaques en permettant aux patients d'être suivis à domicile. Et de donner la possibilité à ces derniers de se soigner sans devoir passer par des appareils intrusifs. "Un des buts de ces capteurs sans fils a aussi été de rendre la technologie invisible et d'améliorer la mobilité du patient", note ainsi à ce sujet Gert Cawenberghs, qui participe au projet. Cela permettrait aussi de suivre l'activité cardiaque de personnes mobiles comme des militaires envoyés sur le terrain. A noter: le projet a remporté le prix du concours des entrepreneurs de l'université de San Diego. Le but est maintenant de développer des capteurs mesurant l'activité du cerveau.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas