La carte à puce pénètre le monde de l’entreprise.

Par 26 octobre 1998
Mots-clés : Europe

Dès le début des années 80, le monde bancaire a adopté la carte à puce. France Télécom à la même période adopte la puce pour les télécartes. Ces deux marchés ont favorisé le déploiement de la carte ...

Dès le début des années 80, le monde bancaire a adopté la carte à puce.
France Télécom à la même période adopte la puce pour les télécartes. Ces
deux marchés ont favorisé le déploiement de la carte à puce et joué un
rôle pédagogique important.
Aujourd’hui, les services municipaux pour le paiement des transports ou
même certains pays comme document d’identité adoptent la carte à puce.
Autant d’applications qui intéressent les entreprises.
Directeur du marketing chez Gemplus, Jacques Seneca constate
“l’entreprise est un milieu fermé. On peut donc utiliser une seule carte
pour de nombreuses applications sans qu’il y ait conflit. De plus, la
question de savoir qui paie quoi ou qui décide de quoi, qui ralentit
souvent les projets multi-intervenants, ne se pose pas”.
Le contrôle d’accès est pour l’instant la principale application de la
carte en entreprise “mais il existe aujourd’hui des solutions qui
simplifient la mise en œuvre des applications et en réduisent le coût”
explique Armand Malka,vice-président de l’activité cartes et terminaux de
Bull.
Tous les composants nécessaires sont intégrés dans ces solutions
permettant de développer des applications pour le contrôle d’accès
physique ou logique, en passant par le paiement à la cafétéria ou à la
cantine, ou bien encore l’accès à la bibliothèque ou à des services sur
Internet, etc.
Armand Malka précise “le coût de ces solutions varie entre 1 000 et 1 500
F par personne. Elles s’adressent donc en priorité à des sociétés dont
l’effectif est d’au moins un millier de personnes. Mais elles peuvent
intéresser des entreprises plus petites pour résoudre des problèmes
spécifiques de sécurité”.
Le déploiement de cartes de deuxième génération va être favorisé par la
dépersonnalisation du bureau et l’utilisation de locaux en temps partagé.
Les cartes à puce SIM vont également jouer un rôle important dans la
diffusion des cartes en entreprise, comme l’explique Olivier Piou de chez
Schlumberger “ces cartes permettent déjà la gestion sélective de la
facturation, c’est-à-dire qu’au delà de tant d’heures, les appels seront
facturés à l’employé, ou la carte distingue appel privé et appel
professionnel. A terme, elles permettront le chargement d’applications
logicielles ou l’interaction avec des systèmes informatiques”.
L’hôpital de Mâcon, site pilote pour la carte des professionnels de
santé, a très vite exploité toutes les fonctions disponibles.
La station de Val-d’Isère adopte la carte à puce pour les activités
sportives et pour fidéliser ensuite les vacanciers.
Bénéficiant d’un coût imbattable et d’une infrastructure de lecteurs
éprouvée, la carte à piste n’est pas pour autant dépassée.
Selon Amedeo d’Angelo, président de De La Rue Card Systems pour la région
Sud “chaque entreprise peut élaborer sa propre application facilement”.
Le Grife dont les effectifs doublent au cours de certaines périodes de
l’année gère les horaires de ses salariés par un système de cartes à puce.
(Dossier de trois pages La Tribune 26/10/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas