Des CDs verrouillés, à la gravure... et à la lecture !

Par 05 décembre 2003
Mots-clés : Future of Retail

L'industrie du disque est partie en croisade contre le piratage musical, qu'elle rend responsable des ralentissements que connaît le secteur depuis quelques temps. Pour le contrer, les majors ont ...

L’industrie du disque est partie en croisade contre le piratage musical, qu’elle rend responsable des ralentissements que connaît le secteur depuis quelques temps. Pour le contrer, les majors ont développé des systèmes de verrouillage sur les CDs qu’elles produisent, de manière à empêcher la copie non autorisée.

Seulement, il s’avère que ces techniques rendent parfois impossible la simple lecture du CD sur certains appareils ! Certaines associations sont donc montées au créneau, à l’instar de l’UFC – Que choisir, demandant l’arrêt de l’utilisation de ces systèmes inadaptés par l’industrie de la musique. De son côté, le Snep (Syndicat national de l’édition phonographique) a affirmé qu’il était hors de question pour l’industrie du disque de renoncer à ces systèmes de verrouillage.

Jeudi, la DDCCRF (Direction départementale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes) des Hauts-de-Seine a porté plainte contre la maison de disques EMI : le même motif d’impossibilité de lire les CD est mis en cause. La différence de l’action de la DDCCRF avec celles menées par les associations de consommateurs est qu’elle mène l’affaire au pénal, invoquant le non-respect de la copie privée et la tromperie sur la qualité du produit.

L’audience devrait commencer au début de l’année 2004. Elle promet de nombreux rebondissements, les maisons de disque n’étant pas prêtes à lâcher le morceau, si un jugement en sa défaveur était rendu. Affaire à suivre…

( Atelier groupe BNP Paribas – 05/12/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas