Cession de Tiscali Danemark et grève chez Tiscali France

Par 01 février 2005
Mots-clés : Digital Working, Europe

Tiscali poursuit sa route avec, bille en tête, le projet de se restreindre à ses cinq positions stratégiques : l'Italie, la France, les Pays-Bas, l'Allemagne et le Royaume-Uni. Cette fois-ci...

Tiscali poursuit sa route avec, bille en tête, le projet de se restreindre à ses cinq positions stratégiques : l'Italie, la France, les Pays-Bas, l'Allemagne et le Royaume-Uni. Cette fois-ci, c'est au tour de la filiale danoise du fournisseur d'accès Internet d'en faire les frais : Tiscali Danemark et ses 26 000 clients vont être cédés à l'opérateur suédois Tele 2 pour 20,7 millions d'euros.
Cette vente s'ajoute à celles des filiales sud-africaine , norvégienne , autrichienne, suédoise , belge et suisse et porte le pactole récolté par Tiscali à 120 millions d'euros.
Pendant ce temps, au siège de Tiscali France, l'heure n'est pas vraiment aux réjouissances. Las des rumeurs qui circulent sur une possible cession de leur filiale à un opérateur tiers, les salariés réclament plus d'informations à la direction, qui selon eux entretient le flou sur l'avenir de Tiscali France. Pour preuve de leur détermination, ils ont lancé une journée de grève la semaine dernière. Selon les syndicats, le mouvement aurait été suivi par 90 % des salariés à Vitry, 70 % à Bordeaux et 60 % à Marseille.
(Atelier groupe BNP Paribas - 01/02/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas