Cette année, la publicité sur Internet devrait au moins doubler en

Par 16 août 1998

France. Selon une étude réalisée par Nielsen pour le compte d’AOL, les foyers raccordés à Internet consomment en moyenne huit heures de télévision de moins, chaque semaine, que les foyers non équi...

France.
Selon une étude réalisée par Nielsen pour le compte d’AOL, les foyers
raccordés à Internet consomment en moyenne huit heures de télévision de
moins, chaque semaine, que les foyers non équipés.
Conduite auprès de 5 000 foyers, cette étude devra être confirmée par
d’autres enquêtes pour savoir, en particulier, si les 5 000 interviewés
consacrent effectivement ces huit heures à leur ordinateur. Toutefois,
elle devrait inciter les annonceurs à investir davantage en publicité sur
le réseau des réseaux.
Comparées aux médias traditionnels outre-Atlantique, il faut reconnaître
que les données brutes sont marginales, malgré des taux de progression
importants des investissements publicitaires sur Internet.
L’an passé en France, quelque 200 entreprises, pour un investissement
total de 24 millions de F, ont utilisé cette nouvelle technique de
communication. Ayant réalisé une enquête auprès de 50 entreprises parmi
les plus volontaristes, Benchmark Group prévoit un doublement pour cette
année des investissements publicitaires.
Directrice de Benchmark, Corrinne Delaporte affirme “les entreprises
estiment qu’il s’agit d’un média encore cher”.
Pour une entreprise, le budget moyen s’élève à 150 000 F environ, mais
peut varier de 15 000 F à 1 million selon le nombre de sites retenus, la
quantité des pages achetées et la durée de la campagne “ceux qui
investissent 1 million de F sont les annonceurs les plus captifs comme
IBM"”
En France, pour toucher mille individus de la cible visée, il faut
débourser une somme assez élevée, entre 250 et 350 F, contre 180 et 240 F
aux Etats-Unis.
D’après Mediangles, le nombre de foyers réellement connectés en France
peut être estimé fin mai à 570 000, soit 2,4 % du nombre total de foyers
français et 11 % du nombre de foyers équipés d’un micro-ordinateur.
Benchmark affirme “les entreprises qui négligent l’importance de ce média
se trompent. Il y aura plus d’internautes que d’usagers Minitel dès le
début des années 2000”.
85 % des 50 entreprises interrogées par Benchmark paraissent satisfaites
de leurs campagnes en ligne et “près de 40 % des sociétés ont enregistré
une augmentation significative sur leur site, le plus souvent supérieure à
50 %”.
(La Tribune 17/08/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas