"Les chefs de projet ressemblent de plus en plus à des chefs d'entreprises"

Par 12 février 2010 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

Eclatement de leurs équipes entre différents continents, intégration du crowdsourcing... Autant d'évolutions qui requièrent de nouvelles compétences pour les chefs de projet.

Mark Langley est directeur général et financier de Project Management Institute.
L’Atelier : En quoi le rôle de chef de projet a-t-il évolué ces dernières années ?
Mark Langley : La première évolution marquante concerne la connexion plus importante entre les projets et la stratégie globale de l’entreprise. Quand il s’agit d’introduire de l’innovation, les entreprises préfèrent recourir à une organisation en projets. Le rôle de chef de projet est de plus en plus concentré sur la nécessité de s’assurer que les produits ou services sous leur responsabilité sont bien en accord avec la ligne de la société. Ils ressemblent de plus en plus à des chefs d’entreprises. La deuxième évolution concerne l’aspect de plus en plus mondialisé et transnational des projets. Les responsables ont de plus en plus affaire à des équipes virtuelles ou éclatées entre plusieurs pays. Enfin, dans les entreprises et en particulier dans le secteur high-tech, les cycles de développement des produits sont de plus en plus courts. Pour un téléphone, par exemple, le cycle est d’à peine six mois. La capacité à gérer les délais a toujours été importante pour les chefs de projet, mais c’est particulièrement vrai aujourd’hui.
Quelle influence a eu le crowdsourcing sur la fonction ?
Dans le secteur technologique, le recours au crowdsourcing est presque une démarche naturelle pour les chefs de projet. Ensuite, cela dépend s’il s’agit d’un produit propriétaire ou non. On y fera appel plus facilement dans le développement d’interfaces utilisateurs. Pour que cela fonctionne, il faut que les organisations donnent les moyens à leurs chefs de projet de mettre ce type de démarches en place. Il faut une ouverture organisationnelle aussi bien que culturelle et des investissements. Le chef de projet en lui-même devra disposer de compétences de documentation et d’analyses pour tirer des informations utiles de ces milliers de contribution. Ensuite, comme c’est déjà le cas pour les équipes virtuelles, la communication devient une compétence critique.
Et l’open source ?
Cela crée beaucoup plus d’incertitudes sur les méthodes et les moyens qui vont être mis en oeuvre pour développer un produit ou un service. Le processus est beaucoup plus interactif. C’est pourquoi les responsables doivent comprendre les risques et rester concentrés sur la valeur finale de ce qu’ils développent. Leur rôle est de garder l’objectif final en tête et de s’assurer que le produit y répond.
Quelles compétences sont indispensables aux chefs de projet d’aujourd’hui ?
Les compétences historiques comme la technique, les capacités d’organisation et de planification restent fondamentales. Depuis cinq ans, le leadership a pris une importance de plus en plus importante. Ce que dans le domaine on appelle les "soft skills". C’est à dire des capacités de négociation, de conduite du changement, de compréhension de différentes cultures ou environnements sociologiques et politiques.

Haut de page

1 Commentaire

The ultimate success of a professional project may depend on the skills of the project manager. Project managers oversee teams working on individual projects in a variety of fields, including construction, engineering and business. An effective project manager needs a diverse skill set, and only workers with the right combinations of skills are suited to taking on project-manager positions and producing good results.

Visit-http://www.pmstudy.com

Soumis par diana (non vérifié) - le 21 janvier 2014 à 07h53

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas