Chez les développeurs, trop de connexions freine l'innovation

Par 10 août 2009
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

La densité des réseaux sociaux qui entourent les communautés de développeurs nuit à la création de programmes vraiment novateurs. Une solution ? Privilégier l'échange au sein de structures plus petites et plus isolées.

L'organisation des développeurs en groupes d'échanges sur des réseaux sociaux permet une très grande réactivité lors de la mise à jour de logiciels existants. Mais elle n'est pas adaptée à l'émergence de programmes réellement innovants, alerte Viktor Mayer-Schönberger, professeur à l'université de Singapour dans un article* paru dans le magazine Science. Selon lui, la communauté open source est, en ce qui concerne l’innovation radicale, aussi conservatrice que les géants du développement. Mais pas pour les mêmes raisons. "Si Open Office n’est pas radicalement différent de Microsoft Office", explique-t-il à L'Atelier, "ce n’est pas pour des raisons techniques ou financières". Maisparce qu’il existe autour de ses développeurs une communauté sociale qui tient à son modèle de fonctionnement et qui reste réfractaire à tout changement d'ampleur.
La communauté Open source trop fermée sur elle-même
Les communautés de développement de logiciels informatiques, et particulièrement le milieu open source, sont en effet organisées sous forme satellitaire : utilisateurs et commentateurs gravitent autour des développeurs. Le milieu opère du coup en cercle fermé. Or, rappelle Viktor Mayer-Schönberger, la valeur nodale d’un individu ne dépend pas du nombre de ses connections mais de leur nature. Un lien ne devient réellement précieux que lorsqu’il rapproche deux communautés disparates : l’innovation a besoin de diversité pour s’épanouir. C’est pourquoi il suggère d’inciter "un petit sous-ensemble du réseau social en ligne à réduire en partie sa connectivité".
Restaurer la compétition et la prise de risque
Viktor Mayer-Schönbergeren est persuadé, dans le futur "nous verrons apparaître des poches d’équipes réduites avec moins d’interconnections et un mode de pensée moins grégaire". Elles pourront ainsi prendre plus de risques et s’aventurer à essayer des solutions plus radicales. Il est également urgent de réintroduire une certaine compétition entre les différentes équipes de développement. Et de faire évaluer les projets non par des pairs - comme c’est l’usage - mais par un panel d’experts évoluant dans des domaines légèrement en retrait de celui étudié.
* Can We Reinvent the Internet?

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas