Chez les seniors, le passage au haut débit n'est pas un choix technique

Par 10 mars 2010
Mots-clés : Smart city

Pour convaincre les plus de cinquante ans d'adopter l'ADSL, mieux vaut se concentrer sur la possibilité de rester en contact avec ses proches ou d'effectuer des recherches que sur des critères purement technologiques.

Afin de réduire la fracture numérique chez les personnes âgées, les gouvernements cherchent notamment à promouvoir le passage à une connexion à large bande. Pour y parvenir, employer des arguments techniques n'apparaît pas comme une méthode appropriée, estiment des chercheurs de l'université d'Hertfordshire. Plutôt que de vanter la vitesse de connexion ou le fait de pouvoir rester "branché" en permanence, il est plus judicieux d'employer des arguments relatifs à la possibilité de rester en contact avec ses proches. La communication apparaît en effet comme un facteur particulièrement important pour les seniors.
La communication comme facteur principal
L'éloignement d'un proche est souvent la motivation principale pour envoyer des emails. La recherche en ligne est également une activité susceptible de favoriser une adoption plus poussée du haut débit. Pour une portion importante des plus de cinquante ans, il s'agit d'une activité en rapport avec le travail. Ils sont en effet 90 % à considérer ce facteur comme très pertinent ou extrêmement pertinent. Les chercheurs précisent cependant que cette notion de travail peut cacher des activités plus diverses, notamment liées aux loisirs. L'utilisation de services de e-gouvernement est en revanche répandue de manière plus disparate parmi les seniors et ne constitue donc pas un facteur décisif dans l'adoption du haut débit.
Les activité ludiques n'intéressent pas les seniors
Enfin, et sans trop de surprise, les activités purement ludiques comme l'accès à la musique ou aux jeux en ligne ne sont absolument pas de nature à convaincre les seniors de l'intérêt d'une connexion plus rapide. Si les facteurs techniques n'apparaissent donc pas comme prééminents, les chercheurs expliquent que tous les plus de cinquante ans n'y sont pas complètement insensibles. Pour certains, cela est la raison la plus à même de les convaincre de l'intérêt du haut débit. Les chercheurs ont bâti leur étude sur une interview de personnes membres de l'association Citizens Online et sur une série de questionnaires en ligne. Bémol tout de même, les taux de non-réponse à certaines questions frisent parfois les 80 %.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas