En Chine, innovation ne rime pas encore avec services personnalisés

Par 13 août 2009 1 commentaire

Une hiérarchie rigide, une formation inadaptée ou un manque d'infrastructures ralentissent les velléités chinoises de proposer des biens et services personnalisés. Un constat qui prête à la polémique.

Les PME chinoises font montre d'une volonté importante à innover. Mais elles sont encore confrontées à la réalité d'un marché qui ne les encourage pas dans leur démarche, explique The Economist Intelligence dans une étude réalisée auprès de deux cents entreprises. Cela se voit au niveau de la personnalisation de la production, c'est-à-dire la capacité d'adapter un produit ou un service en fonction d'un public ou d'une demande : la Chine est aujourd'hui derrière le reste du monde sur ce point. Selon le cabinet, plusieurs facteurs retardent ce processus. Parmi eux, une hiérarchie corporative rigide, des infrastructures numériques parfois insuffisantes ou encore une formation inadaptée et souvent basée sur l'apprentissage par cœur. Autre barrière : la réticence à "se rapprocher" du client pour connaître ses préférences individuelles.
Manque d'infrastructures et de culture du service
Un constat nuancé par Daniel Benagou, directeur associé chez Axone consulting, spécialisé en production et distribution des produits high-tech. Selon lui, les entreprises chinoises sont, au contraire, très aptes à s'adapter aux besoins des clients. "Si vous voulez mettre une couleur personnalisée ou un logo un peu différent, en France vous allez payer des sommes monstrueuses", affirme-t-il à L'Atelier. "Cela n'est pas le cas en Chine". Pierre Picquart, directeur du CEDRIC *, tranche : pour lui, le pays est en train de passer de manière progressive d'une phase quantitative à une autre qualitative. "La Chine était considérée auparavant comme l'atelier du monde", dit-t-il à L'Atelier. Ce qui se traduisait par une production en masse et une politique d'innovation faible, avec la recherche et le développement importés et dirigés par des pays occidentaux.
Une évolution vers les produits haut gamme
Aujourd'hui, l'innovation technologique est devenue l'un des objectifs principaux du gouvernement chinois, explique t-il. Cela passe d'un côté par le renforcement de l'éducation, de la recherche et des nouvelles technologies. Et de l'autre, par l'orientation vers une fabrication de qualité tout en maintenant la production à grande échelle. "C'est la grande tendance", poursuit Pierre Picquart. "La politique de produire des objets de qualité va de pair avec la prise de conscience de tout ce qui tourne autour du produit : qualité, besoins de clients, personnel bien formé...". D'ailleurs, si l'on en croit The Economist Intelligence, à long terme, l'innovation et la personnalisation des produits deviendront la source essentielle de la croissance chinoise.
* International Consulting France - China

Haut de page

1 Commentaire

Les dépenses chinoises en R&D ont crû de 200% depuis 1995. Donnez l'occasion à une entreprise chinoise d'être créative, elle n'hésitera pas. Exemple avec les "bandit phones". Ni code, ni conformisme http://tinyurl.com/n47sdz

Soumis par Entreprise Globale (non vérifié) - le 13 août 2009 à 21h50

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas