La Chine, laboratoire de recherche et développement pour mobile

Par 17 février 2009
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Les pôles d'innovation technologique développés par le pays offrent un portrait des tendances émergeantes du secteur. Parmi les outils étudiés, le téléphone portable concentre particulièrement les efforts des chercheurs.

L'investissement dans l'innovation high-tech permettra à la Chine de renforcer davantage son économie, montre le RAND*, qui publie une étude sur les applications développées dans le pays. Parmi d'autres secteurs de pointe, l'un des plus prometteurs est le mobile. L'institut cible principalement quatre axes de recherche qui rendent les mobiles plus performants et polyvalents : les capteurs, le papier électronique, les écrans, et l'autonomie. Le pays s'intéresse à l'intégration généralisée de capteurs dans les téléphones mobiles qui permettra de développer des outils innovants de lecture et de partage d'informations. Reste que si elle veut s'imposer, la Chine doit résoudre plusieurs obstacles techniques. Le challenge sera de réussir à rendre les données des capteurs utilisables et stockables pour être utilisées par d'autres services et applications. L'une des autres investigations des pôles de recherche en Chine concerne l'amélioration de la qualité des écrans.
Des écrans plus efficaces
Et notamment une meilleure utilisation des diodes électroluminescentes à polymère et organiques, déjà utilisées dans leur fabrication. Les équipes de chercheurs tendent à rendre les écrans plus efficaces et plus lumineux, en intégrant dans les composants des particules fluorescentes et phosphorescentes. Au-delà de la luminosité, les laboratoires cherchent également à optimiser la qualité des images diffusées par les écrans. De récentes recherches ont permis de créer en Chine des écrans à haute résolution, jusqu'à 230 dpi. Les scientifiques développent leurs composants en veillant à ce qu'ils soient le moins nocifs pour l'environnement. Très peu gourmand en énergie, le papier électronique peut être physiquement enroulé, ce qui permet d'imaginer la création de nouvelles formes d'outils mobiles.
L'e-paper et la video projection
Plusieurs portables l'utilisent déjà : l'apparence externe de l'Hitachi W61H est modulable via une base de plus de 95 graphismes. Pour optimiser le concept, une équipe travaille sur un projet d'implantation d'une encre électronique couleurs. La diffusion d'images intéresse également les équipes qui développent des systèmes de vidéo projecteur intégrés dans les mobiles. Microvision, Texas Instrument et Explay expérimentent à l'heure actuelle des techniques différentes. La Chine mise également sur l'optimisation d'autres composants du mobile : renforcement des capacités de mémoire, ou encore création de batteries qui réduisent la consommation d'énergie. L'intégration des dispositifs RFID est un secteur qui doit également être particulièrement exploré. Le mobile ne sera évidemment pas l'unique moteur de la compétitivité : les chercheurs travaillent aussi sur les problématiques liées aux véhicules électroniques et hybrides ou encore aux industries vertes.
* Institution américaine à but non lucratif de recherche et d'analyse.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas