Chine : le luxe ne doit pas oublier l'aspect technique avant de communiquer

Par 10 mai 2011
Yuan rentre dans la Chine

Les importations de produits de luxe explosent dans le pays. Une tendance qui pousse les marques à investir dans des sites Internet, mais ces derniers souffrent parfois de performances médiocres.

Le secteur du luxe profite du web pour communiquer sur son image en Chine. En témoigne une étude d'ip-label*, qui confirme cette tendance pour les marques de montres de luxe, qui tendent à développer des plates-formes de haute qualité visuelle mais graphique. Mais, et c'est là le problème, note le rapport, souvent trop lourdes. La raison ? Généralement, ce sont leurs agences de communication qui conçoivent les sites. Mais ces derniers sont rarement testés du côté de l'utilisateur, et c'est là que le problème s'accentue. "En fait, les sites sont optimisés pour les réseaux européens et donc la localisation du serveur joue un rôle important", explique Patrice Nordey, responsable de la cellule Asie de L'Atelier. "Il faut rajouter à cela le fait que la Chine a deux opérateurs principaux, au Nord et au Sud qui n'ont pas les mêmes contraintes techniques", poursuit-il. De plus, les filtrages gouvernementaux en Chine ralentissent les connexions.

Anticiper...

Selon l'étude, il faudra par exemple à un internaute chinois entre trois et vingt fois plus de temps pour se connecter à un site de luxe Suisse. "Il faut dès le départ penser à l'ergonomie de manière large, à savoir anticiper un hébergement de site dans le pays d'utilisation et adapter le contenu aux usages et aux comportements des internautes", continue Patrice Nordey. Avant de préciser que les mesures de performances sont incontournables si on veut que le site soit fonctionnel, et cela dans plusieurs points de réseau. Ces notions de tests sont en effet cruciales car elles vont avoir une conséquence sur l'efficacité du site et donc a fortiori sur les outils CRM et les ventes.

...Au-delà du site

La Chine aurait déjà acheté pour près de 875 millions d'euros de montres suisses, soit une hausse de 57 % entre 2009 et 2010, d'où l'importance d'une stratégie web pertinente. "Aujourd'hui les marques veulent maîtriser leurs systèmes et leurs sites, il faut donc qu'elles arrivent à organiser leur présence en ligne au-delà de leur page Internet", explique Patrice Nordey. Cela passe donc par des politiques de community management dont l'objectif est d'optimiser leur référencement. "Il faut donc considérer avec tout autant d'importance l'on-site et l'off-site, et assurer une cohérence précise entre les deux" conclut-il.

* un institut de certification et de mesure QoE (Quality of Experience)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas