Le chinois VTech estime sa part du marché français des jeux éducatifs

Par 15 septembre 1997
Mots-clés : Smart city, Europe

électroniques à 64 %. Désormais, Nathan arrive très loin derrière avec 11 %. Jean Vincent, le PDG de VTech Electronics France, installé à Ferney-Voltaire (Ain) précise "Si Nathan veut céder sa marqu...

électroniques à 64 %. Désormais, Nathan arrive très loin derrière avec 11
%. Jean Vincent, le PDG de VTech Electronics France, installé à
Ferney-Voltaire (Ain) précise "Si Nathan veut céder sa marque Ordi, nous
sommes prêts à la racheter". Dans cet univers, les autres acteurs sont le
français ITCM (marque Yeno), le japonais Tomy, le chinois Team Concept
(marque Lansay). Si les ventes totales de jouets sont stables en France
(13,5 milliards en 1996), le marché des jeux éducatifs électroniques
connait en revanche une forte croissance "il a encore augmenté de 44 %
entre janvier et juillet et la progression de VTech a atteint 91 %". Le
chiffre d'affaires de VTech France (45 salariés) pour l'exercice clos en
mars s'est élevé à 214 millions de F, soit une progression de 88 %. 320
millions de F sont espérés pour l'année en cours. Ce succès est dû
principalement, pour le responsable de la filiale française, aux
innovations "nous avons été les premiers à mettre des claviers
professionnels, des souris, des écrans de plus en plus grands et
maintenant en couleur .... ". Cinq de ses jeux devraient dépasser les 100
000 exemplaires, en particulier l'ordinateur trilingue Genius 9000,
destiné aux 9-15 ans. 48% du chiffre d'affaires est réalisé avec les
hypermarchés, plus de 20 % avec les magasins spécialisés et 15 % environ
avec la VPC, les grands magasins et les grossistes se répartissant le
reste. Les jeux électroniques représentent 48 % de l'activité de la firme
chinoise VTech, les téléphones 31 % et les ordinateurs personnels 21 %.
Les téléphones seront distribués en France en 1998-1999.
(Les Echos - 16/09/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas