Cinéma et Internet, l’heure de la réconciliation

Par 29 janvier 2010 1 commentaire

J’étais il y a quelques jours au débat "Cinéma et Internet, l’heure de la réconciliation" à La Cantine. Oui "l’heure de la réconciliation", sans point d’interrogation ou comment l’industrie du cinéma s’adapte au web. Comment assouvir l’appétit des cinéphiles et internautes sans mettre en danger cette industrie ? Voilà l’objet du débat.

L’une des premières évidences à prendre en considération fut celle-là : "il faut cesser de croire qu’on peut faire un film sans dépenser d’argent et donc uniquement pour la notoriété, c’est une légende", a ainsi dit Alain Rocca, président d’Universciné - cinémathèque en ligne. Reste que pour reconnaître la valeur d’une œuvre au point de payer pour la visionner de chez soi, il faut être certain des conditions de téléchargement : c'est-à-dire zéro risque d’attraper un virus, et zéro risque de vol ou de perte de données personnelles. Des risques qui sont souvent liés au téléchargement gratuit.
Alors comment rediriger les adeptes du cinéma gratuit - et surtout illégal - vers des sites et contenus légaux - et payant ?

En tant qu’adepte de cinéma en ligne et de la free culture, j’ai relevé plusieurs propositions. Par exemple, The Auteurs, est une plateforme communautaire et une cinémathèque qui donne accès à de nombreux films internationaux. Des films qui ne serait probablement pas vus sinon, et qui, sur Internet, peuvent connaître un destin différent. People for cinéma et TousCoprod copient le modèle de My Major Company, le site de production de musique qui a lancé Grégoire - référence culte de la musique n’est-ce pas ? - mais eux sont spécialistes du financement pour la commercialisation et la distribution des films. Enfin, pour tous ceux qui comme moi, se demandent à chaque fois : "qu’est ce que je vais bien pouvoir regarder ce soir ?" et se découragent dans leurs recherches il y a : Ciné trafic, le bouche-à-oreille du cinéma qui propose des bandes-annonces, extraits de films, interview rédigé en grande majorité par des internautes.

Seul bémol c’est que "L’odeur de la papaye verte", célèbre film franco-vietnamien, largement cité ce matin à La Cantine, n’a pas de critique sur ce site et comptabilise seulement quatre fans. Mais pourquoi donc ?

La conclusion du débat : aller au cinéma n’est pas comparable avec le fait de regarder des films depuis son canapé que ce soit à la télévision ou sur Internet, gratuitement ou non. Les deux moyens de divertissement peuvent être complémentaires et dans tout ça Internet pourrait vraiment être un avantage pour l’industrie du cinéma.

Haut de page

1 Commentaire

[...] Cinéma et Internet, l’heure de la réconciliation | Les parenthèses de L'Atelier parentheses.atelier.fr/culture-loisirs/article/cinema-et-internet-l%E2%80%99heure-de-la-reconciliation – view page – cached J’étais il y a quelques jours au débat Cinéma et Internet, l’heure de la réconciliation à La Cantine. Oui l’heure de la réconciliation, sans [...]

Soumis par Twitter Trackbacks for Cinéma et Internet, l’heure de la réc (non vérifié) - le 01 février 2010 à 05h27

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas