Cinq raisons de bannir Skype ?

Par 10 novembre 2005

Avec 53 millions d'utilisateurs et 200 millions de téléchargements il est clair que Skype, leader de la téléphonie sur IP va bien finir par attirer la convoitise des pirates. L'institut de...

Avec 53 millions d'utilisateurs et 200 millions de téléchargements il est clair que Skype, leader de la téléphonie sur IP va bien finir par attirer la convoitise des pirates. L'institut de recherche Info-Tech en est pour sa part intimement convaincu et vient de publier un rapport au titre on ne peut plus clair : "Five reasons to ban Skype".
Selon Info-Tech, un tiers des utilisateurs de Skype de par le monde s'en serviraient pour un usage professionnel. Partant de ce constat, il s'est interrogé sur la légitimité d'un tel emploi dans le cadre des affaires et son verdict est sans appel : Skype devrait être rangé dans la même catégorie que les messageries instantanées ou les systèmes de peer-to-peer au sein des entreprises : des logiciels dont l'usage est le plus souvent proscrit dans le cadre du travail.
Info-Tech détermine cinq inconvénients majeurs à l'utilisation de Skype :
•  le protocole de voix sur IP de Skype ne respecte pas les standards et traverse un peu trop facilement les systèmes de sécurité des réseaux d'entreprise (le pare-feu ou firewall ) et l'utilisateur n'aurait bien souvent pas besoin de l'agrément des responsables informatiques pour l'utiliser.
•  Skype est bien trop vulnérable pour un usage professionnel . Info-Tech détaille les dangers potentiels : interception des communications et modification éventuelle par un tiers (attaque dite du Man in the Middle ), utilisation du format de codage des données transférées pour dissimuler des virus, ou failles de sécurité qui permettraient une prise de contrôle à distance.
•  L'intérêt de Skype est limité dans la mesure où certaines institutions et certains pays l'ont déjà banni.
•  Skype pose un certain nombre de problèmes au regard de la loi, notamment dans des domaines où les usagers sont tenus d'enregistrer leurs communications.
•  Le logiciel constitue une nouvelle forme de communication qu'il faut réguler et normaliser au sein des entreprises. Or ces dernières ont déjà fort à faire au niveau des obligations légales de conformité et de sécurité.
Plus qu'un outil économique et performant, Skype serait donc selon Info-Tech une source de tracas supplémentaires et de risques liés à la sécurité informatique pour les entreprises.
(Atelier groupe BNP Paribas - 10/11/05)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas