La Cinquième veut devenir une vitrine des nouvelles technologies.

Par 12 avril 1999

Lors d'un colloque sur le thème "Audiovisuel et innovation", Jérôme Clément, président de La Cinquième-La Sept/Arte, a indiqué "la Cinquième-La Sept/Arte est bien évidemment légitime pour interven...

Lors d'un colloque sur le thème "Audiovisuel et innovation", Jérôme
Clément, président de La Cinquième-La Sept/Arte, a indiqué "la
Cinquième-La Sept/Arte est bien évidemment légitime pour intervenir sur un
champ qui ne doit pas être guidé par la seule vision marchande". Il a de
plus annoncé la filialisation de sa Banque de programmes et de services
(BPS) et l'entrée d'autres partenaires publics comme l'Institut national
de l'audiovisuel (INA), le Centre national de documentation pédagogique
(CNDF) et le Centre national d'études télécommunications (CNET). "La BPS
s'inscrit dans une logique de fédération et, en l'espèce, de fédération de
l'offre publique dans le domaine de la distribution de programmes
audiovisuels et multimédias".
La BPS, créée en 1997, est une sorte de bibliothèque informatique destinée
aux établissements scolaires et aux différents organismes chargés
d'éducation ou d'emploi.
Les 5 000 documents contenus dans son catalogue, sont pour la plupart
issus des programmes de la Cinquième. Les utilisateurs peuvent, grâce au
système de téléchargement, commander à l'avance l'émission choisie ainsi
que les éléments supplémentaires, créés pour illustrer et préciser le
sujet.
Les usagers consomment en moyenne un peu plus d'un programme par jour dans
les 473 sites équipés de la BPS.
Cherchant à multiplier les partenariats avec les collectivités locales, la
BPS a passé des accords ou discute avec l'Alsace, Metz, Besançon, la
Somme, la Bretagne, le Rhône entre autres. Certains élus soutiennent cette
stratégie.
L'aspect généraliste de la BPS fait bien entendu des frustrés. Les
responsables d'associations et de mouvements de jeunes la trouvent trop
axée sur les problèmes scolaires; Certains Instituts spécialisés
regrettent de ne pas y trouver certains documents dans le secteur sur
lequel ils travaillent.
La diffusion vers l'étranger serait à la fois l'occasion d'un
développement commercial et un coup de pouce pour la défense de la
francophonie. Des établissements scolaires de plusieurs pays, dont la
Grèce, l'Espagne, le Maroc, les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont déjà passé
des accords. Certains produits sont aussi édités en anglais. Toutefois,
avant d'investir dans son développement à l'international, Jérôme Clément,
prudent, préfèrerait atteindre l'équilibre économique de son système.
L'année prochaine sera décisive. En effet, une fois la période
d'expérimentation gratuite achevée, les utilisateurs vont devoir décider
s'ils acceptent ou non de payer pour l'accès aux services de la BPS. Les
prix encore à l'étude devraient avoisiner 1 F la minute durant les vingt
minutes de consultation, avec une dégressivité au-delà.
Selon les responsables de la BPS, cinq exercices seront nécessaires pour
parvenir à l'équilibre des comptes.

Les sites Internet de la Cinquième-La Sept/Arte remportent un vif succès.
Chaque mois, 800 000 pages sont visitées sur la Cinquième et un million
sur Arte. Un cours de français en ligne vient d'être créé. Prochainement,
un site emploi devrait voir le jour. Des partenariats sont pour cela
recherchés.
Les deux chaînes, présentes sur les deux bouquets satellites, cherchent
également à "explorer les capacités d'interactivité" sur ce moyen de

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas