Civocracy, une plateforme intelligente pour débattre de sujets civiques

Par 27 février 2015 3 commentaires
Civrocracy, la plateforme de débats civiques en ligne

Civocracy propose une interface au design et aux fonctionnalités attrayants pour permettre aux débats sur des thèmes civiques d'exister sur la toile.

A qui s'adresser, en tant que citoyen, pour débattre d'un projet de construction d'autoroute avec les parties concernées ? Où confronter son opinion sur le statut des sans-abris et participer à un riche échange ? Si tweeter une photo à l'adresse d'un élu local peut avoir un certain impact, aujourd'hui les quelques lieux de discussions en ligne pour évoquer des sujets d'ordre civique offrent un design souvent un peu austère. Sans compter que ces forums ne concernent généralement qu’un sujet en particulier -l'environnement par exemple- et ne permettent de faire qu'un nombre limité d'actions, exigeant alors de l'intéressé qu'il surfe sur d'autres sites ou blogs s'il souhaite aller au-delà du débat -avoir des informations supplémentaires sur le thème par exemple. La « civic tech » doit faire peau neuve et Civocracy, start-up berlinoise rencontrée lors du Startup Europe Summit les 12 et 13 février derniers à Berlin, entend bien faire partie de la mouvance. Civocracy est d'abord une interface qui permet de rassembler tous les acteurs touchés : autorités politiques locales, entreprises, associations et ONG ainsi que les citoyens pour évoquer des thèmes civiques et sociaux allant de problèmes très vastes telle que la pauvreté à des sujets beaucoup plus concrets comme la fermeture d'une école de quartier par exemple.

Exemple d'interpellation civique

                                 Exemple de dialogue entre citoyen et élus politiques via Twitter 

Un algorithme pour mesurer la réputation d’un intervenant

«Nous souhaitons devenir le berceau naturel où prennent place ce genre de discussions», explique Benjamin Snow, dirigeant de Civocracy. Sur la plate-forme, il est possible, en consultant l'historique d'un débat, de trouver des arguments pertinents en faveur ou contre un projet ou une idée. Accéder à des informations complémentaires comme des articles de presse ou des cours en ligne, mais aussi s'informer sur les moyens de s'engager pour une cause, sont également des fonctionnalités proposées par Civocracy. «Beaucoup de plateformes s'attaquent au problème de la mauvaise manière» commente Benjamin. En effet, nombreux sont les sites qui facilitent la collecte de signatures pour ensuite aller toquer à la porte des entreprises ou personnages politiques. A l'inverse, Civocracy, invite chacun dès le départ à prendre part au débat. Une entreprise peut d'ailleurs même initier une conversation autour d'un thème qui la concerne ou d'un projet qu'elle souhaite mettre en place. Par ailleurs, afin d'assurer la qualité des débats, l'équipe de Civocracy a travaillé ces derniers mois à l'élaboration d'un algorithme permettant d'identifier la réputation d'un intervenant sur la plate-forme en traquant son activité sur le site. Qui est capable d'être leader sur tel sujet, qui est un expert sur telle problématique ? «Nous ne sommes pas dans une logique de quantité. Il ne s'agit pas de mettre en valeur les personnes qui participent souvent ou qui publient de longs commentaires mais plutôt de se concentrer sur la pertinence des interventions», note Benjamin.

Le SES 2015 Factory Berlin

       Le Startup Europe Summit, conférence sur l'écosystème de l'innovation en Europe s'est déroulé

                                                     le 12 et 13 février 2015 à la Factory Berlin

Un business model en évolution

Pour améliorer l'expérience des utilisateurs, Civocracy veut proposer un site plaisant à regarder et utiliser, «afin d'encourager la création de contenu de qualité». De surcroît, la mise en place d'un système de recommandations rejoindra la prochaine version dont la sortie est prévue pour le printemps. Ainsi, selon son profil, un utilisateur pourra se voir suggérer d'autres sujets en lien ou des personnes influentes dont les propos pourraient l'intéresser. A terme, la start-up espère produire des statistiques intéressantes via la collecte de données sur sa plateforme, et ainsi consolider son business model qui en early stage repose sur le B2B (les entreprises paient pour créer une conversation sur un sujet). Civocracy commence à faire entendre sa voix. Et pour cause, d'ici quelques temps, elle devrait rejoindre un des plus grands accélérateurs d'Europe. Plusieurs villes et gouvernements locaux en Europe, notamment en Allemagne ou encore au Danemark, ont par ailleurs accueilli l'initiative avec un réel enthousiasme. Un bel avenir semble donc se profiler pour la jeune start-up.

Haut de page

3 Commentaires

Le site de Civocracy est fermé ?!

Soumis par Nicolas Prinet (non vérifié) - le 01 mars 2015 à 18h18

Le site de Civocracy est fermé ?!

Soumis par Nicolas Prinet (non vérifié) - le 01 mars 2015 à 18h18

Le site de Civocracy est fermé ?!

Soumis par Nicolas Prinet (non vérifié) - le 01 mars 2015 à 18h19

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas