Le classement des questions dépend de la patience des internautes

Par 18 janvier 2010
Mots-clés : Smart city

Les utilisateurs font preuve de plus de patience qu'attendu pour obtenir une réponse fiable à leurs demandes. Une démarche à prendre en compte pour déployer un meilleur mode de répartition sur les sites type Yahoo! Answers.

Sur les plates-formes et les communautés de questions-réponses de type Yahoo! Answers, les membres suivent un comportement très précis. C’est ce que nous apprennent des chercheurs des laboratoires d’HP qui ont modélisé le temps d’attente des internautes en fonction de leur degré de satisfaction vis-à-vis des réponses obtenues. But de la recherche ? Permettre à terme à ces sites de déterminer quelle priorité donner aux questions posées pour les classer. Le taux de réponses reçues par question dépend en effet du fait qu’elle apparaisse en première page du site ou non. La manière dont celle-ci est formulée influe également sur le taux de réponse. Pour les auteurs, en prenant tous ces paramètres en compte il deviendrait possible de maximaliser l’utilité des réponses communautaires.
Obtenir un maximum de réponses avant de clore la question
Techniquement, les utilisateurs qui posent une question sur ces communautés sont en effet confrontés à un dilemme. D’une part, ils cherchent à obtenir la réponse la plus exacte et la plus précise possible. Dans le même temps, leur objectif est d’obtenir une réponse rapidement. Pour étudier la manière dont se faisait cet arbitrage, les chercheurs ont procédé de deux manières. Pour commencer, ils ont considéré que, pour les internautes, grand nombre de réponses et exactitude de la réponse finale étaient corrélés. Autrement dit, ils attendent d’obtenir un maximum de réponses avant de clore la question et de déterminer la réponse la plus satisfaisante.
Déterminer quelle priorité donner à aux questions posées
Les chercheurs affirment que dans ce cas, les internautes sont prêts à attendre plus longtemps pour obtenir une réponse supplémentaire lorsqu’ils n’ont obtenus qu’un faible nombre de réponses. La deuxième démarche adoptée par les chercheurs a été de considérer que les internautes s’intéressaient à la qualité des réponses individuelles sans prendre en compte le temps d’attente. Selon ce modèle les internautes décident de laisser la discussion ouverte tant qu’aucune réponse suffisamment satisfaisante n’a pas été donnée. Dans des travaux futurs, les chercheurs envisagent de combiner ces deux approches pour obtenir une peinture plus précise du modèle de décision des internautes.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas