Les clefs de la "success story" Kelkoo, par Michel Dahan

Par 21 avril 2005

Le physique avenant, méditerranéen, Michel Dahan, General Partner chez Banexi Ventures, a toujours fait preuve d'une grande discrétion lorsqu'il s'agit de s'exprimer sur son métier de « capital risqueur » ou de faiseur d'entreprises...

Le physique avenant, méditerranéen, Michel Dahan, General Partner chez Banexi Ventures, a toujours fait preuve d'une grande discrétion lorsqu'il s'agit de s'exprimer sur son métier de « capital risqueur » ou de faiseur d'entreprises. Il est pourtant devenu l'une des figures emblématiques du capital risque qui marche, grâce notamment à la vente de Kelkoo à Yahoo ! pour 475 millions d'euros. Lors de son intervention, il est revenu sur la « success story » de Kelkoo qu'il a suivie depuis ses origines, puis amenée au succès qu'on lui connaît aujourd'hui.
En compagnie de Dominique Vidal, Directeur Général de Yahoo ! Europe, Michel Dahan a mis l'accent sur l'approche spécifique du capital risque européen, qu'il démarque volontiers du capital risque anglo-saxon davantage basé sur des perspectives financières rapides que sur l'élaboration complexe d'un projet. Retour sur la « success story » de Kelkoo.
En 1998, Maurice Lopez est venu voir Michel Dahan avec une technologie et une idée de modèle économique : un moteur de recherche pour comparer les prix sur Internet , et l'idée de le faire promouvoir par un grand opérateur qui en réclamait l'exclusivité. Séduit par la technologie du moteur – qui sera par la suite adoubée par Bull, France Télécom et l'Inria –, convaincu que le marché des intermédiaires sur la Toile est promis à un bel avenir, Michel Dahan accepte le projet tout en cassant le modèle économique.
« Il fallait ouvrir Kelkoo directement aux consommateurs, et rapidement l'étendre à toute l'Europe. C'était un risque. Mais il était potentiellement beaucoup plus rentable qu'une simple affiliation BtoB à un opérateur » a-t-il expliqué.
Kelkoo est ainsi fondé en octobre 1999, avec un modèle économique ambitieux, un nom facilement mémorisable, et une technologie performante et a priori très utile aux internautes, donc rentable à moyen terme. Avec en prime, le choix d'un manager charismatique, Pierre Chappaz, et d'un conseiller de choix, Dominique Vidal, alors collaborateur de Michel Dahan !
« Avec l'histoire de Kelkoo, vous avez une bonne illustration du métier du capital risque. Les grandes entreprises vont généralement investir après six mois d'études, sur un marché de niche, après un balisage exhaustif des freins et des opportunités théoriques. Nous avons de notre côté rapidement misé sur la qualité d'un projet, ouvert à un marché de masse, avec comme seul balisage un modèle économique audacieux, une technologie performante, et l'énergie des managers !» a-t-il poursuivi.
« Outre ce positionnement de départ, les clefs du succès de Kelkoo reposent sur un bon Time to Market , une remise en cause technologique constamment acceptée, ainsi que la création ou le rachat d'équipes européennes positionnées sur ce marché, afin de rapidement donner à Kelkoo un poids de leader à l'échelle de l'Union Européenne. » a-t-il précisé.
« La solidité de ce parcours a permis à Kelkoo d'acquérir une valeur ajoutée déterminante face à tout concurrent souhaitant s'implanter massivement sur le marché européen : une puissance d'audience, un savoir-faire réglementaire sur les différents marchés nationaux, ainsi qu'une connaissance approfondie des acteurs référencés par Kelkoo. Ce qui explique que Yahoo !, malgré la technologie performante de Yahoo ! Shopping aux Etats-Unis, a choisi de racheter Kelkoo 475 millions d'euros » a-t-il conclu.
« Prochain projet phare ? » demande Emmanuel Libaudière. « On en reparle dans un ou deux ans » termine Michel Dahan avant de s'éclipser. Entre temps, il faut continuer de suivre les sociétés du portefeuille de Banexi Ventures qui vient juste d'annoncer la vente d'Inventel à Thomson, ce qui constitue une autre opération très significative pour le marché français.
Propos recueillis par Jean de Chambure

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas