Les clés 3G ont un coût supérieur aux gains qu'elles apportent

Par 29 avril 2009
Mots-clés : Smart city

Les clés de connexion mobile coûtent cher en support technique au consommateur. Mais aussi aux opérateurs, en raison d'un manque de compatibilité entre les réseaux et les fournisseurs des dispositifs de connexion.

Le support technique des produits de connexion mobile (clé 3G USB ou PCcard) coûte trois fois plus cher que celui des téléphones portables au consommateur mais aussi aux opérateurs. Cette conclusion est issue d'un rapport de WDSGlobal. L'étude note un manque de profitabilité pour les consommateurs qui passent en moyenne vingt huit minutes par produit avec le service technique contre moins de dix pour un mobile classique. Côté utilisateur, l'explication est que ce dernier n'a pas le contrôle sur la clé.
Des clés indépendantes des opérateurs
Les appareils comme les clés mobiles USB ou PCcard sont en effet vendus directement aux utilisateurs finaux et servent à connecter un appareil tiers au réseau de l'opérateur.  "Les produits sans fil sont habituellement largement sous le contrôle de l'opérateur (mobiles, cartes sim, etc.)" explique David Ffoukles Jones, président de WDSGlobal. Le besoin de gérer un produit indépendant comme un ordinateur portable entraîne des conflits matériels, des incompatibilités de drivers, des bugs etc. Ce qui ajoute de fait également des coûts au niveau de l'opérateur. La résolution des problèmes étant plus complexe, car ceux-ci sont plus variés et plus nombreux.
Un marché de services à fort potentiel
Les opérateurs voient donc leur support technique impacté négativement. Les techniciens ont besoin de formations supplémentaires et sont bloqués plus longtemps avec les usagers, ce qui diminue la qualité du service. Autre problème évoqué, les logiciels de connexion sont jugés trop agressifs dans le rapport. Conséquence, ils sont souvent bloqués par les antivirus. Le rapport note toutefois qu'il y a d'énormes opportunités pour la connexion mobile haut débit, mais que les opérateurs doivent être à même d'offrir de nouveaux produits et services. David Ffoulkes Jones conclue en expliquant que "la priorité doit être offerte aux outils Plug & Play ".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas