Les climatiseurs gèrent eux-mêmes leur propre consommation

Par 14 août 2009

Berkeley travaille sur des systèmes à air conditionné qui tiennent compte des habitudes de leur propriétaire ou encore du prix de l'électricité pour réguler leur consommation.

Des outils perfectionnés doivent rester simple d'accès s'ils veulent être utilisés. Voilà ce qu'a constaté une équipe de Berkeley, qui s'est intéressée aux climatiseurs. Résultat : des modèles capables de réduire sa consommation d'énergie ne sont souvent pas utilisés à leur juste valeur car difficiles à programmer. Pour résoudre ce problème, l'équipe a mis au point un système à air conditionné capable de trouver lui-même la meilleure stratégie de fonctionnement. Le but étant de consommer le moins possible tout en conservant une qualité de service optimale. Le système développé, baptisé PCT (pour Programmable Communicating Thermostats), tient compte des habitudes de ses utilisateurs, mais aussi de mises à jour qui lui sont envoyées pour programmer par lui-même ses horaires de mise en marche. Et de s'arrêter automatiquement quand cela est nécessaire.
Une gestion simplifiée et high-tech
Côté propriétaires, il suffira d'entrer sur le système quelques informations sur son mode de vie. Le thermostat dispose aussi d'un système intégré capable de recevoir des mises à jour régulières concernant les prix de l’électricité. Cela lui permettra d'en tenir compte pour les heures de mise en marche. D’autres données de régulation pourront provenir directement des services publics via un compteur personnalisé, mais aussi par Internet ou à travers les ondes hertziennes. Le système programmera ensuite son fonctionnement selon plusieurs schémas à basse consommation préintégrés. L'autre avantage de ces climatiseurs, c'est qu'ils seront aussi capables de tenir compte des pics de consommation. Lors des périodes de grande chaleur, la consommation d’électricité quotidienne en Californie peut augmenter de 50 %.
Un plus pour l’environnement
Par la même occasion, pour fournir une quantité importante d’électricité (environ 40 000 mégawatts), l’Etat est obligé de faire tourner à plein régime des usines basées sur les énergies fossiles et polluantes. Aussi, en cas de pics, les services publics pourront envoyer de l'information sur les réseaux auxquels seront connectés les climatiseurs. Ce, afin de permettre à ces derniers de modifier leur consommation. Comme d'augmenter la température d'un degré, ce qui est suffisant pour une économie considérable d’énergie. L’entrée sur le marché de ces systèmes de climatisation sera effective d’ici cinq ans, après l’installation dans les foyers de compteurs électriques compatibles.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas