Le cloud, pas encore complètement maîtrisé par les fournisseurs de composants informatiques ?

Par 17 avril 2013
Cloud

Le rythme de l’innovation et les besoins croissants des clients ont pour conséquence l’accélération des cycles de développement des produits. Et les fournisseurs de composants s'y perdent.

Le cloud est une variable qui n’est pas encore totalement comprise par les fournisseurs de composants informatiques (OEM pour Original Equipment Manufacturer), nécessaires au développement des appareils connectés. VDC a donc mené une étude afin d’aider ces entreprises à mieux comprendre comment devenir compétitives dans l’écosystème à venir. Et la première barrière au fait de se démarquer sur le marché, pour VDC, résiderait dans le choix de fournisseurs de technologies cloud car ceux-ci représentent un éventail qui a tendance à créé un climat de confusion et d’incertitude chez les OEM. Sans pour autant oublier le facteur sécurité.

Les entreprises sont face à une multitude de fournisseurs pour la mise en place du cloud

Ainsi, 37% d’entre eux se tournent directement vers les fabricants d’ordinateur. 30,2% font appel à un tiers spécialiste de l’ingénierie HW, 29,6% à un tiers spécialiste de l’ingénierie SW ou à un fabricant de processeur. Près d’un quart des interrogés (23,3%) préfèrent se diriger vers un développeur d’outils sous OS et 14,3% à un spécialiste des applications mobiles en général. A noter que seuls 2,1% des interrogés n’utilisent pas ou ne comptent pas utiliser ce genre de services. L'étude constate donc qu'il n'existe aucune tendance marquée concernant le choix de fournisseurs de technologie cloud. Mais elle rappelle toutefois que certaines entreprises, telles que Advantech, Eurotech, Kontron ou encore Wind River ont tout de même réussi à s’imposer auprès des OEM en proposant des solutions de connectivité qui seront intégrés à la prochaine génération de systèmes embarqués.

Ne pas oublier le facteur sécurité afin de protéger la marque et de rester compétitif

L'étude révèle également que les OEM manquent d’expérience dans la création d’appareils basés sur le cloud, ou dans la détermination du meilleur moyen de monétiser ces nouvelles fonctionnalités. Ils doivent également prendre un autre facteur en compte : celui de la sécurité. De nombreux experts de la sécurité qui ont participé à l’étude ont admis que la sécurité se situait en quatrième position dans les priorités des OEM lors dans le développement d’un produit, derrière la réduction des coûts, l'optimisation de la performance et l'amélioration de l'expérience client. Et cela même s’ils avaient à disposition de nouveaux logiciels, ou la possibilité d’engager du personnel spécialisé. Pourtant, selon les interrogés, ne pas prendre davantage le facteur sécurité augmenterait à terme les coûts liés à l’opérationnel (55,4%), et à la réputation (41,9%).

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas