Le Cloud Computing consommerait moins d’énergie que prévu

Par 03 août 2011 1 commentaire
Une étude montre que le Cloud consomme moins que prévu

Les chiffres de la consommation énergétique du Cloud sont assez largement inférieurs aux prévisions. En cause : la crise, ainsi que l’optimisation des centres de données, dont le fonctionnement requiert moins d’électricité qu’auparavant.

Le Cloud est un procédé gourmand en énergie. Faire fonctionner les centres de données qui servent à héberger ces nouvelles applications consomme en effet une grande quantité d’électricité. Toutefois, d’après une étude menée par Jonathan G. Koomey, professeur à l’université de Stanford, cette consommation est aujourd’hui moins élevée que ce qui était prévu il y 5 ans.  Ainsi l’Agence pour la protection de l’environnement prévoyait un doublement de l’énergie consommée par ce secteur. Or, la croissance effective n’a été «que» de 56% depuis 2005. 

Un constat, deux explications

Première responsable de ce résultat : la crise économique. Comme le souligne l’auteur de l’étude, « cette baisse est en partie imputable à la récession ». Mais celui-ci nuance immédiatement son propos : «ce qui a réellement changé la donne, ce sont les évolutions dans la façon de concevoir et de gérer les centres de données. La consommation de ceux-ci est en effet bien moindre que ce à quoi l’on pouvait s’attendre». Il est toutefois impossible de délimiter clairement l’impact de l’un et l’autre phénomène. Au final, cette baisse risque de toute façon de n’être que temporaire. L’expansion du marché, et les nouveaux usages du Cloud (achats en ligne, musique…) requièrent en effet de plus en plus de capacité de stockage, et entraînent logiquement une hausse du besoin en énergie.

La stratégie Google : un exemple à suivre ?

Pour limiter cette augmentation, l’étude s’intéresse au modèle adopté par Google. En effet, étant donné le type d’activités et la taille de l’entreprise, sa consommation d’énergie destinée au Cloud devrait atteindre des proportions conséquentes. Pourtant, il n’en est rien : Google ne représenterait que 1% du total mondial d’énergie consommée par les centres de données. Cela confirmerait l’idée selon laquelle Google serait plus efficace que le reste du marché du Cloud, énergétiquement parlant. Au final, il serait donc plus profitable de favoriser l’installation de centre de données adaptés selon les tâches requises (comme le fait Google) plutôt que de recourir à un équipement standardisé.

Haut de page

1 Commentaire

avoir du "cloud computing" ici en France, ce serait beaucoup trop cher à cause des parasites de la "copie privée". Je ne suis donc pas étonné de voir Dassault se retirer de ce machin.

Soumis par gestion de projet (non vérifié) - le 16 janvier 2012 à 20h09

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas