Cloud computing et Grid enfin définis

Par 05 janvier 2009

Les deux solutions enregistrent de nombreuses similitudes. Le cloud serait même une évolution du Grid. De nombreuses différences - au niveau de l'architecture et des finalités - restent primordiales à noter.

Points communs entre le "Cloud computing" et le "Grid computing" ? Des visions identiques : volonté de réduire les coûts de calcul, d'obtenir une plus grande flexibilité, et d'externaliser des opérations par une tierce partie. Mais ils diffèrent de par leur système de sécurité, leur modèle de programmation, leur modèle économique, leurs modèles de données... La réponse peut sembler évidente, mais c'est plus complexe qu'il n'y paraît. Une équipe de chercheurs de l'université de Chicago a donc dédié un rapport à la redéfinition de ces deux concepts informatiques. Le grid, dès les années 90, était utilisé pour décrire les systèmes capables de fournir de la puissance de traitement à la demande. Le terme aurait alors évolué pour arriver à la fourniture de services, et donc de logiciels à la demande. Soit le Cloud computing...
Une évolution du grid computing
Dans le même temps, du Cloud computing commercialisé par Amazon correspond dans les faits à du Grid computing (puissance de calcul et de stockage). Même si l'informatique dans les nuages serait selon eux une évolution et un prolongement du grid, ils diffèrent clairement. Au niveau du business model, par exemple, le Cloud computing propose au client un paiement à la consommation. D'une simple carte de crédit, il est ainsi possible d'avoir accès à plus de 100 000 processeurs répartis dans une dizaine de centres de données. Le rapport fournit l'exemple d'Amazon, qui fournit son service Compute Cloud EC2 contre une rémunération à l'heure d'utilisation. Les services de Grid computing, pour leur part, sont plus orientés dans une optique de réalisation de projets. Quant aux institutions qui souhaitent rejoindre un grid, elles ne sont pas tant motivées par la possibilité de générer du gain que par celle d'accéder à des ressources de calcul supplémentaires.
Accélérer le développement du cloud computing
Autre dissemblance, et pas des moindres, au niveau de l'architecture. Côté Grid, l'une des priorités est de mettre en place un système interopérable et sûr : chaque modèle puise ses ressources sur des supports informatiques très hétéroclites, et qui ne sont pas individuellement verrouillés. Les nuages informatiques, pour leur part, se réfèrent à d'importantes ressources de calcul homogènes car opérés par un seul acteur et auxquelles il est possible d'accéder via des protocoles standard. Ils peuvent être construits à partir de nombreux protocoles préexistants comme certaines technologies web 2.0 type Ajax ou RSS. Reste que selon les chercheurs, les deux systèmes peuvent être complémentaires. C'est d'ailleurs pour cela qu'une telle comparaison est loin d'être anodine. Elle permettra aux différents acteurs du secteur de partager et éventuellement de faire évoluer leurs différentes infrastructures et technologies. Et aussi, espèrent-ils, d'accélérer le développement de solutions de Cloud computing de l'état de prototypes à celui de systèmes commercialisés.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas