"Le Cloud gaming sera l'offre de jeu de demain"

Par 31 octobre 2013 2 commentaires
Jean-François Rodriguez

Orange a lancé son offre de jeux vidéos non pas par le biais d'une console ou d’un ordinateur traitant les données mais directement depuis le Cloud, faisant de l'écran un simple récepteur.

Interview de Jean-François Rodriguez, Directeur des Jeux chez Orange, à l'occasion de sa venue à la Paris Games Week.

L'Atelier: Qu'est ce que le Cloud Gaming?

Jean-François Rodriguez : En général dans le gaming traditionnel, les jeux sont soit achetés sur support physiques, soit téléchargés. Avec le Cloud Gaminig, tout se passe dans le Cloud, c'est à dire que rien n'est téléchargé et la complexité n'est plus dans le terminal qui ne devient qu'un écran d'accueil, la complexité est dans le réseau. J'accède dès lors à des jeux comme j'accède à la VOD et ça me permet de jouer à des jeux d'une complexité qui n'était pas jusqu'alors supportée par les Box. A terme cela permettra aussi d'éviter de devoir changer constamment d'ordinateur pour s'adapter aux nécessités des nouveaux jeux.

L'ordinateur ne traite alors plus les informations et devient un simple médium?

Effectivement, l'ordinateur n'est plus sur notre bureau mais dans le réseau. Aujourd'hui les consoles permettent une qualité un peu supérieure mais sur des jeux très complexes. Sur les autres jeux, le passage en Cloud gaming permet d'obtenir la même qualité que sur les support traditionnels. PES 2014 par exemple, pour la première fois, est sorti simultanément sur consoles et sur le Cloud gaming d'Orange et offre la même expérience de jeu.

Vous travaillez ainsi en collaboration avec les studios de développement?

Exactement on a des accords avec des studios comme Ubisoft, comme Gameloft, Warner, Konami, honnêtement je pense qu'on aura d'ici à la fin de l'année 2014 l'ensemble des gros studios avec nous. Aujourd'hui il y a encore des choses à améliorer, on va améliorer les codecs, on va améliorer la qualité de service sur la fibre, on va intégrer des liens sociaux. On est au début de cette aventure. Pourquoi Orange a pénétré ce marché? Nous sommes essentiellement un opérateur de réseau, nous ne sommes pas là pour faire concurrence aux consoles. Nous fournissons des divertissements à nos clients via notre box, jusque là nous avions vidéo, musique. Avec l'expertise accumulée la prochaine étape logique était le jeu vidéo.

Est-ce le futur des opérateurs d'entrer sur le marché des jeux vidéo?

Non au sens propre un opérateur comme Orange fait plus de chiffre d'affaire que l'ensemble des studios de jeux vidéos dans le monde. Il s'agit d'un service additionnel que nous souhaitons offrir à nos clients, un service de divertissement et de mobilité. L'objectif c'est de montrer que nos réseaux sont capables de supporter le Cloud gaming, mais cela reste un plus par rapport à notre coeur de métier. Avec l'arrivée de ces nouveaux réseaux je pense que le Cloud gaming de toute façon sera l'offre de jeu de demain Pas seulement par les opérateurs, mais les constructeurs de consoles vont le faire aussi, et on comprend à demi mot que c'est la prochaine génération de consoles. Ils seront aidés par nos réseaux, l'évolution du débit et la systématisation de la fibre.

Le jeu commence à se décliner sur tous les écrans, que ce soit à travers des applications qui me permettent de continuer ma partie sur ma tablette ou des adds on à part entière qui proposent des contenus en plus déclinés sur les équipements mobiles avant de retourner à l'équipement fixe, on peut ainsi améliorer son personnage sur son mobile avant de continuer notre partie sur l’ordinateur par exemple. Le jeu c'est sur tous les écrans, si j'arrive à avoir un centre de gestion sur le Cloud, cela permet quel que soit l'écran et l'endroit où je suis de me connecter à mon offre de jeu et de continuer mon expérience de jeu. C'est un hub de connexion sur l'univers gaming.

Cela s'opère en parallèle à l'augmentation de la couverture réseau?

Bien sûr, de plus, avec l'arrivée de la 4G, même des zones qui peuvent être un peu moins bien couvertes en haut débit fixe le seront en haut débit mobile. La révolution industrielle numérique est d'une rapidité sans précédent au cours de l'histoire économique. Pour Orange c'est naturel d'entrer dans ce secteur d'activité car c'est un secteur extrêmement innovant, qui drive réellement l'innovation. Mais aussi parce que le jeu est devenu grand public, 48% des joueurs sont désormais des femmes et l'âge moyen des joueurs est de 38 ans. Ce n'est plus une niche du tout, et 75% des français maintenant jouent grâce à la déclinaison sur les équipements mobiles.

Haut de page

2 Commentaires

Votre article contient d'énormes fautes d'orthographe.
Franchement, pour une pointure telle que l'Atelier, le minimum serait de se relire avant de publier.
Exemples : "en générale" , "acceuil", "Pourquoi Orange à pénétré ce marché", etc.
Merci.

Soumis par Amandine G (non vérifié) - le 04 novembre 2013 à 09h24

Bonjour,

Merci pour votre commentaire et mes excuses à mon nom et à celui de la rédaction pour ces coquilles.

Bien cordialement

Quentin Capelle

Soumis par Quentin Capelle (non vérifié) - le 04 novembre 2013 à 10h15

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas