Cloudbus, un intergiciel conçu pour l'ère de l'informatique déportée

Par 14 octobre 2009
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Pour permettre aux utilisateurs d'applications de mieux choisir leurs services de cloud computing, des chercheurs australiens ont développé une plateforme intermédiaire.

L’émergence d’un marché de l’informatique dans les nuages est une évolution inévitable, constatent des chercheurs de l’université de Melbourne. Dans cette optique, les laboratoires de cloud computing de l’université ont développé Cloudbus, une série d’outils destinés à prendre place sur un marché de ce type. L’ensemble se présente comme un intermédiaire entre les utilisateurs et les différents services d’informatique dans les nuages. Les problématiques peuvent concerner des applications dans ses domaines très divers : finance, sciences, éducation, multimédia... Pour les utilisateurs, la démarche est transparente.
Un intergiciel composé de différents composants
L’interaction avec les fournisseurs de SaaS se fait indirectement par l’intermédiaire de "méta agents". Ceux-ci sont chargés de trouver le meilleur service en fonction des contraintes et du budget définis par l’utilisateur.  Celui va s’appuyer sur un système de gestion des processus et gérer l’exécution des différentes applications et la distribution des ressources informatiques. Ces différents services seront obtenus à partir d’Aneka, une PaaS permettant de développer et déployer des applications dans les nuages.
Une PaaS ouverte aux applications tierces
Celle-ci va s’adapter aux différentes spécifications pour proposer des services adéquats. Son interface est conçue pour intégrer facilement aussi bien les applications de l’utilisateur que les services tiers. Ceux-ci peuvent facilement soumettre leurs applications et négocier la qualité du service. Enfin, le système s’appuie sur un système dit "intergrid" appelé à terme à devenir un "intercloud". Pour l’heure, il utilise des machines virtuelles pour construire un environnement d’exécution embrassant plusieurs sites informatiques. A l’avenir il devrait aller plus loin en fournissant une infrastructure permettant de lier entre eux les différents "îlots" de cloud computing répartis sur la planète.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas