La Cnil se penche sur les projets d'Espace Numérique de Travail dans les écoles

Par 01 juin 2006

Les nouvelles technologies commencent à faire leur entrée dans les écoles. Avec comme principale illustration de cet usage croissant, le développement d'Espace Numérique de Travail (ENT): ces...

Les nouvelles technologies commencent à faire leur entrée dans les écoles. Avec comme principale illustration de cet usage croissant, le développement d'Espace Numérique de Travail (ENT) : ces "cartables numériques" qui donnent accès en ligne aux carnets de note, agendas et devoirs. Pour encadrer ces échanges de données personnelles, la Cnil a été appelée à la rescousse et vient de mettre en place une antenne locale, la Clil, dans l'Académie de Nancy-Metz.
 
L'académie concernée a mis en place il y a deux ans, un service d'ENT qui se présente comme un portail Internet donnant accès, après identification, à un espace personnel dédié à chaque élève, parent d'élève et responsables pédagogiques et administratifs de l'Académie.
 
Au total, ce sont 40 000 comptes qui ont été créés sur cet ENT dont 24 000 attribués à des parents d'élèves. Face à l'ampleur de la manœuvre et de l'audience du service, quelques inquiétudes sur la sécurisation des données personnelles ont vu le jour.
 
C'est donc à la Cnil que l'Académie a fait appel pour encadrer, expliquer et réguler les usages ENT. Pour mener à bien cette mission, la Cnil vient de créer une entité locale, la Clil (Commission locale informatique et liberté). Cette dernière, composée d'une vingtaine de membres (représentants de l"Académie, des collectivités territoriales et des usagers), ne dépendra pas de la Cnil, ni juridiquement, ni au niveau organisationnel.
 
Toutefois, la Clil de Nancy-Metz se réunira pour la première fois le 8 juin prochain, en présence de membres de la Cnil. Il lui faudra lors de cette réunion nommer un correspondant Informatique et libertés et valider une charte de bon usage des outils de l'espace de travail numérique.
 
Ses missions principales seront de veiller au respect de la confidentialité des données et de la vie privée des utilisateurs. "Il s'agit de dire à chacun ce qu'il a le droit de faire, explique Pascal Faure, chargé des TIC à l'académie et membre de la Clil, qui rappelle que "c'est le grand public qui est concerné, pas des spécialistes des nouvelles technologies."
 
Cette initiative est la deuxième du genre après la Clil du lycée Charles-de-Gaulle à Muret, créée en mai 1994 dans l'Académie de Toulouse.
 
(Atelier groupe BNP Paribas- 01/06/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas