Cocomo devient le PaaS d'Adobe pour le multi-utilisateur

Par 17 novembre 2008
Mots-clés : Smart city

Lancé en pré version, le service hébergé par Adobe autorise les développeurs à embarquer des fonctions pour faciliter la collaboration des utilisateurs d'applications écrites en Flash.

Après des services très orientés SaaS - Buzzword pour le traitement de texte ou Photoshop express pour la retouche de photo en ligne, Adobe lance Cocomo en version bêta publique. Cette fois-ci, il s'agit d'un PaaS (Platform as a Service). Elle permet d’étendre les capacités sociales d’interactions entre les utilisateurs dans des applications en flash et ce, en temps réel. Sont disponibles des fonctions comme la voix sur IP (VoIP), la messagerie, le partage de fichiers ou de Webcam, ou encore des systèmes conversationnels. Toutes ces fonctions ne sont certes pas nouvelles : elles étaient présentes dans une précédente offre d’Adobe, le flash media server.
Une intégration facile dans les applications riches
Mais le coût élevé des licences et la nécessité d’avoir un serveur dédié pour ce type d’applications avaient jusqu'à présent beaucoup freiné les développeurs. Pas étonnant, donc, qu'Adobe lance son service sous forme de PaaS - son service interrogeant directement la plate-forme de l'éditeur. Concrètement, cela veut dire qu’un développeur travaillant sur l'outil de développement d'interfaces riches (RIA pour Rich Internet Application) Flex pourra intégrer un système de chat ou de partage de fichier dans son application. Et ce, presque aussi facilement que s'il voulait appeler un Google Maps depuis sa page Web. À terme, cela devrait augmenter le nombre potentiel d’applications sociales sur le Web.
Un changement de modèle d'affaires
Le fait d'héberger les applications est un changement dans le modèle de l’éditeur. Il rentre dans une tendance forte puisque ce type de Platfom as a Service commençait à se répandre dans le secteur des jeux multijoueurs. Et le Flash Media Server ? Loin de disparaître ou d'être cannibalisé par Cocomo, la nouvelle version (3.5) se concentre plus sur la vidéo : streaming dynamique, compatibilité avec les vidéos H.264, gestion des DRM et publication de contenu sur Flash Lite 3, la version du lecteur pour les mobiles. Une consolidation de l’offre sur la vidéo nécessaire au vu des capacités de diffusion de Silverlight, de Microsoft, qui s’est dès la première version orienté sur la diffusion vidéo.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas