Code for America met talents et start-up au service des communautés locales

Par 24 juin 2015
Code for America

Fondée en 2009, l’organisation Code for America œuvre pour faciliter la vie des citoyens américains grâce à la technologie. Sa solution ? Le financement de projets technologiques open-source et de talents pour faciliter l’accès aux services gouvernementaux.

La semaine dernière se tenait à San Francisco la conférence City Innovate Summit, conférence dédiée aux initiatives s’inscrivant dans la tendance de la smart city. La conférence mêlait grandes entreprises (Salesforce, Microsoft…), incubateurs (Tumml…) et organisations. Parmi celles-ci, l’organisation américaine Code for America était représentée par sa co-fondatrice et directrice Jennifer Pahlka, venue donner une keynote sur les axes de développement des smart city via sa plateforme. « Notre mission est d’aider les organisations gouvernementales à mieux servir les citoyens grâce à la technologie » a-t-elle déclaré en guise d’introduction. « Nous avons essayé de recruter les meilleurs designers et développeurs du pays pour aider à construire les services du citoyen de demain » a-t-elle poursuivi. En effet, Code for America essaye à travers 4 axes (la santé, la sécurité et la justice, le développement économique, et la communication entre citoyens et gouvernements) d’aider les organisations locales à inventer les services innovants. Pour cela, Code for America a une stratégie bien précise, mêlant incubation de start-up et de talents.

« Changer les pratiques grâce à la technologie »

« Si certains gouvernements peinent à se moderniser et à entrer dans l’ère numérique, c’est que les pratiques n’ont pas évoluées » précise Jennifer Pahlka. En effet, grâce à la puissance du numérique, les entreprises privées sont aujourd’hui en mesure d’apporter des services faciles à utiliser et très accessibles, notamment grâce au développement phénoménale des smartphones, et plus largement du mobile. Les organisations gouvernementales ont encore du mal à offrir ce genre de services, car reposant sur des pratiques « non corrélées avec l’ère digitale ». Pour pallier ce problème, Code for America a mis en place un programme de fellowship destiné à amener des professionnels du monde technologique vers les organisations gouvernementales. Les participants sont ensuite assignés à une ville des États-Unis pour travailler avec les organisations locales et, ainsi, les aider à améliorer leurs services, autour des 4 thématiques. Au cours d’un programme d’un an, les participants sont rémunérés à hauteur de 50 000 dollars pour travailler à plein temps sur les projets des communautés locales. Parmi les célèbres alumni, Maksim Pecherskiy, membre du programme 2014 est devenu Chief Data Officer de la ville de San Diego.

Un accélérateur de start-up dédié

De même, pour amener des talents du monde de la technologie, Code for America a ouvert son propre accélérateur de start-up, qui se concentrent autour des thématiques de smart cities. En 2014, 5 entreprises ont été accéléré grâce à ce programme : AmigoCloud, Munirent (location d’équipement lourd), ProductBio, Seamless Doc et Trailhead Labs. Chacune de ces entreprises recevra 25 000 dollars et sera suivie pendant quatre mois. Les entreprises sont sélectionnées en fonction de la viabilité de leur modèle économique et de leur culture, qui doit entrer dans la mission de Code for America.

Jennifer Pahlka était auparavant Deputy Chief Technology Officer des États-Unis. « Nous voulons amener les gouvernements au XXIe siècle » a-t-elle répété pendant la conférence. Les liaisons entre le monde technologique et public sont de plus en plus nombreuses aux États-Unis. Google a récemment annoncé son Sidewalk Labs, destiné à améliorer la vie urbaine. En 2011, l’entrepreneuse américaine Rachel Haot est nommée Chief Digital Officer de la ville de New York par le maire Michael Bloomberg.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas