La collaboration sur Internet plus efficace que dans le réel

Par 13 octobre 2010
Mots-clés : Smart city, Europe
Personnes discutant autour d'un ordinateur

Selon l’université de Twente, les équipes de travail en ligne sont plus concentrées sur la finalité de leurs projets. A condition que les membres soient mis sur un pied d’égalité.

La collaboration en ligne peut s’avérer plus efficace que la coopération bien réelle, estime Piet Kommers, chercheur à l’université de Twente, aux Pays-Bas. Spécialiste des solutions de réalité virtuelle et de m-learning, il publie une étude dans laquelle il met en avant plusieurs avantages clés des outils collaboratifs. "Les plates-formes en ligne permettent aux équipes de travail de se concentrer sur la nature réelle des problèmes à résoudre, dans la mesure où les solutions mises à leur disposition ont une finalité qui peut être définie au préalable", explique ainsi le chercheur à L’Atelier. Et d'ajouter que pour gagner en efficacité, ces outils doivent toutefois intégrer plusieurs principes fondamentaux. Comme la réciprocité : "les communautés en ligne devraient s’appuyer sur une logique pragmatique", souligne le scientifique.

Des droits et des devoirs

Devenir membre d’un réseau doit correspondre à l’obtention de droits et de devoirs, similaires à chacun. "Les membres d’une équipe de travail en ligne peuvent être triés sur le volet. Et ensuite intégrer une structure où la hiérarchie entrave moins les rapports que dans les réunions en face à face", développe l’auteur de l’étude. Les plates-formes collaboratives permettent par ailleurs une plus grande transparence, selon lui. Ce qui stimule la participation, et renforce la confiance entre les collaborateurs. Autre avantage : les communautés en ligne rassemblent des profils similaires, mais aussi dissemblables.

La coopération augmente le taux de satisfaction

Cela permet de faire collaborer des individus "qui n’auraient jamais eu l’occasion de travailler ensemble dans la vie réelle", explique le chercheur. Dans des domaines comme le marketing, cela change véritablement la donne. "Comme les questions sont de plus en plus sociétales et multidimensionnelles, il n’est plus possible de se contenter de la traditionnelle succession : concepteur-développeur-client", indique le scientifique. Chacun de ces acteurs doit désormais pouvoir travailler en parallèle, ce qui permet aux professionnels de ne pas passer à côté de certaines attentes des consommateurs.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas