La collaboration dans la recherche passe aussi par le cloud

Par 16 mai 2012 1 commentaire
cloud ans science

Les projets de recherche scientifique et industrielle ont tout intérêt à utiliser des solutions en cloud pour collaborer. Cela facilite dans certains cas la mise au point de projets.

L'informatique dans les nuages facilite certains projets de recherche, rappelle une récente initiative intitulée Venus-C et financée par la Commission Européenne. Celle-ci s'est intéressée au secteur de la recherche scientifique et industrielle. Quinze plates-formes pilotes ont vu le jour et se sont vues attribuer l'accès aux différents services et applications collaboratives de l'infrastructure cloud computing de Venus-C. Le but étant évidemment de développer des plates-formes permettant à des chercheurs ou des spécialistes d'un domaine d'échanger ou de s'associer sur un projet quelque soit le lieu où ils se trouvent afin de faire avancer la science. Et parmi ces plates-formes, on retrouve notamment Green Prefab qui s'appuie sur la tendance du design responsable, et permet à des architectes, ingénieurs et autres entrepreneurs de tout horizon de se retrouver.

Un savant mélange de crowdsourcing...

Ainsi ceux-ci peuvent s'associer sur un projet sans jamais avoir à se voir et à tour de rôle apporter leur expertise et savoir-faire à chaque étape du projet : dessins et tests directement à partir de la plate-forme, création et montage réel et enfin, possibilité de communiquer et d'améliorer avec l'utilisateur final. De la même manière, on retrouve la plate-forme Molplex qui se concentre quant à elle dans la création de médicaments à partir de la virtualisation 3D de molécules et de calculs prédictifs de réactions biologiques. Ces calculs prédictifs se basent d'ailleurs eux-mêmes sur des résultats de précédentes recherches ou médicaments créés par d'autres chercheurs par le biais de la plate-forme. Et d'une certaine manière, le partage de connaissances scientifiques, l'open science ou même l'open data, entre chercheurs et industriels est l'un des intérêts de l'initiative Venus-C.

...et un peu d'open data.

Selon le Professeur Fabrizio Gagliardi, président du Conseil de gestion de projet de Venus-C, "le cloud computing permet une nouvelle approche de la science", explique t-il. Et d'ajouter : "Celle-ci offre aux chercheurs la possibilité de partager et s'appuyer sur des travaux jusqu'à présent inaccessibles voire sur des résultats précoces ou à l'état expérimentale". Une initiative qui tient d'autant plus à cœur à la Commission Européenne puisqu'un des projets nommé PERSEUS la concerne directement. En effet, la CE s'est associé à DFRC, une petite entreprise suisse, dans le but d'améliorer la sécurité aux frontières maritimes de l'Europe, ainsi que de limiter la contrebande et l'immigration clandestine. Et cela, par l'intermédiaire d'une plate-forme qui donnera cette fois accès en temps réel aux données de transports maritimes.

Haut de page

1 Commentaire

Les organisations disposent de la flexibilité nécessaire pour donner forme à l’hébergement et à la gestion d’Adobe CQ dans le cloud, en collaboration avec des agences interactives et des fournisseurs d’infrastructure.

Soumis par partage de fichiers cloud (non vérifié) - le 20 mai 2012 à 22h10

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas