La collaboration en trois dimensions n'est pas un problème de point de vue

Par 06 août 2010
Mots-clés : Smart city

Immersion propose une table stéréoscopique qui permet à plusieurs utilisateurs équipés de lunettes spécifiques de manipuler des objets en relief sur un écran tactile et de les percevoir depuis leur propre angle de vision.

Afin de faciliter le travail de groupe en combinant images en relief et écran tactile, Immersion développe une table stéréoscopique qui permet à plusieurs utilisateurs de suivre en temps réel et en trois dimensions les actions de chacun d'entre eux. "Habituellement, les tables stéréoscopiques qui permettent de visualiser en relief des images sur un écran tactile n'autorisent qu'un seul point de vue", explique à L'Atelier Christophe Chartier, président et co-fondateur de la société. "Avec le dispositif que nous mettons en place, plusieurs opérateurs peuvent interagir", précise-t-il. Chacun des utilisateurs porte en fait une paire de lunettes spécifique, sur laquelle un filtre a été placé, pour éviter que l'opérateur A ne voie l'image à destination de l'opérateur B. "Deux projecteurs sont embarqués dans la table, qui génèrent chacun un point de vue stéréoscopique différent", note le responsable.
Eviter que l'effet ne soit rompu lorsque l'on approche la main
Les lunettes sont également dotées d'un petit capteur de position, qui permet à quatre caméras infrarouges de traquer en temps réel les mouvements exacts de chacun des utilisateurs, et de mesurer la position de leur tête - c'est-à-dire chacun des points de vue. Elles transmettent ces informations au système qui diffuse, grâce aux projecteurs, l'image adéquate en trois dimensions. "L'image en relief donne l'illusion de jaillir de l'écran. Le problème, normalement, c'est que l'effet est rompu lorsque l'utilisateur avance sa main pour déplacer un objet sur la table". Pour éviter cette déconvenue, quand l'une des personnes approche sa main de l'écran tactile, le système fait "entrer" la stéréoscopie dans la table.
Un système qui favorise le collaboratif
Ainsi, "avant même que la personne n'ait touché la surface tactile, les technologies de détection du système anticipent l'action, et le système diffuse une image stéréoscopique 'rentrante', en profondeur", développe Christophe Chartier. L'effet n'est donc pas brisé, et l'utilisateur peut poser son doigt, pour faire glisser tel objet virtuel d'un point à un autre de la table. Son mouvement étant perçu et suivi par les autres utilisateurs, placés de l'autre côté de la table. Ce qui permet une véritable collaboration, et facilite les travaux de groupes. "Les usages professionnels sont nombreux, dans des secteurs aussi variés que l'ingénierie automobile, l'urbanisme, les préparations de mission dans le domaine de la sécurité, etc.", conclut le responsable. Mais aussi pour des serious game immersifs.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas